Contre-Regards

par Michel SANTO

10 milliards d’économies pour des Régions fusionnées ? Un “chiffre fantaisiste” selon Carole Delga !

     

 

 

Réforme clé du quinquennat Hollande, la fusion des régions en quatorze grands ensembles date désormais de plus de trois ans. L’heure est donc au premier bilan. Et celui livré, ce mardi, par la Cour des comptes n’est pas glorieux : leurs dépenses ont augmenté de 207 millions d’€. Cette réforme territoriale, qui devait permettre de rendre la présence de l’État plus efficace sur les territoires, manquerait pour l’instant totalement sa cible. L’étude d’impact de la loi ne chiffrait pas, il est vrai, les gains d’efficacité attendus, mais le gouvernement, par la voix du secrétaire d’État à la Réforme territoriale de l’époque, André Vallini, s’était avancé sur des économies possibles de l’ordre de 10 milliards d’euros à moyen terme**. Un chiffre jugé “fantaisiste”, ce matin, sur Europe 1,  par Carole Delga, la présidente socialiste de la Région Occitanie, en marge du congrès des régions. On peut la comprendre, son institution est en tête des mauvais élèves de la fusion, avec 11,7% de hausse des dépenses*. Un chiffre qui, lui , n’a rien de fantaisiste et qui masque de réelles extravagances :  deux Hôtels de Région, des Maisons de la Région dans tous les Départements, des réunions d’Assemblée dans un Parc des Expositions, des subventions distribuées — saupoudrées — dans tous les domaines, y compris dans ceux ne relevant pas de sa compétence : du sport à la santé, en passant par l’alimentation et le social, pour des montants parfois ridiculement faibles, mais aux effets électoraux singulièrement puissants… La sortie de madame Dega est d’autant plus inconvenante, qu’elle rentre d’un séjour ( du 21 au 26 septembre), d’une mission pardon ! à Tokio,  pour officiellement approcher le marché japonais — sans rire ! — et signer un accord avec la Fédération Française de Rugby — et là, on rit jaune. Une photo postée par elle sur son compte Twitter, la montre ainsi souriante, comme une étudiante Erasmus faisant le voyage de son rêve, en classe « affaires », sur un vol de la compagnie Air France. Selon France 3 Occitanie, le Conseil régional avait même sa propre délégation, composée de neuf membres : services du protocole, de la communication et des sports. De sorte que, si on applique les tarifs moyens pratiqués par Air France, le coût total de ce déplacement pourrait ainsi se chiffrer à 22.000 € pour le Conseil Régional, billets en classe affaires et économique compris. A cela s’ajoute un « bilan carbone », en plein débat planétaire sur le climat, écologiquement déviant — le silence des Verts de sa majorité est encore plus surprenant ! Bref ! Dans cette Région, comme dans d’autres collectivités locales, le sentiment qu’il appartient aux autres de faire des économies de gestion, demeure. Tout se passe, en effet, comme si la pente sur laquelle glisse ce pays depuis plus de 30 ans, et les nouvelles contraintes et défis auxquels il doit faire face, ne les concernaient pas. Un état d’esprit qui me désespère — parfois ! la vie offre souvent en effet de quoi s’en réjouir… 

 

*   Seules deux régions les ont réduites : l’Auvergne-Rhône-Alpes, avec Laurent Wauquiez à sa tête, et les Hauts-de-France, dirigés par Xavier Bertrand.

** Selon Yves Rouquette dans un article de La Dépêche du 24 juin 2014 , les économies du nouvel ensemble résultant de la fusion du Languedoc-Roussillon et de Midi Pyrénées “représenteraient, selon les études,  entre 10 et 15 % des charges de fonctionnement soit 163 à 245 millions d’euros par an, l’équivalent de 10 à 15 lycées.”

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Dumas

    |

    Nous l’appréhendions dès la construction de cette ensemble brinquebalant qui affichait dès le début sa volonté de conserver en vie “politique” les deux entités régionales existantes.
    Politique oblige, les citoyens n’ont qu’à s’en satisfaire.
    Et çà ne s’arrêtera pas là, nous le savons maintenant.
    On ne touche pas à ce qui coûte et qui ne fonctionne pas (éducation, santé, justice, police, armée, missions régaliennes en général).
    L’Administration a pris le pouvoir, les élus le lui ont donné, les citoyens payent ce spectacle.
    C’est ce non sens qu’il faut arrêter.
    Le bricolage actuel n’a de sens politique que si l’on veut privatiser l’Education, la Santé, la Justice.
    Si c’est l’objectif politique… Qu’on nous le dise clairement!..

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise… (et d'ailleurs) : Cet homme va toujours ainsi…

Scène de la vie narbonnaise… (et d'ailleurs) : Cet homme va toujours ainsi…

    Je ne le connais pas. Il doit avoir mon âge. Disons qu’il est dans un temps où les nuits sont courtes. Quand je le croise dans la rue, il siffle. Des airs joyeux. De sa compositi[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : "La ville de demain se dessine à l'entrée Sud" ! Vraiment ?

Narbonne ! Municipales2020 : "La ville de demain se dessine à l'entrée Sud" ! Vraiment ?

  La Une de l’Indépendant de ce jour est consacrée à la visite, effectuée hier, du quartier en construction des Berges de la Robine par le président national de la Fédération Française du Bâtim[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

        Après un premier billet : "Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !" (ici), poursuivons donc notre réflexion sur les grandes options d’a[Lire la suite]
Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

    Nicolas Bouvier, dans « Les chemins de Halla San », note que « les trois divinité de l'île de Chedju (Corée du Sud) s’appellent Ko, Yang, et Puh. Puh, comme on le devine à l’oreill[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

    Laissons de côté, pour le moment, le nombre d’arbres ou de trottinettes par habitant (je plaisante), pour nous intéresser à ce qui me semble, s’agissant des politiques environnem[Lire la suite]
Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

    Novembre ! Dimanche 17. Je déteste cette expression : "A ne manquer sous aucun prétexte". Elle clot toujours une invite à voir une expo, un film ; lire un livre, goûter un vin ;[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :