Contre-Regards

par Michel SANTO

À l’Assemblée Nationale, une toile d’Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

le 4 avril, l’hebdomadaire L’Obs publiait une tribune signée par Mame-Fatou Niang et Julien Suaudeau, intitulée « Banalisation du racisme à l’Assemblée nationale : ouvrons les yeux ». L’objet de leur colère, de leur indignation : une toile d’Hervé Di Rosa célébrant la première abolition législative de l’esclavage peinte en 1991 dans le cadre d’un ensemble plus vaste – treize tableaux – intitulé « L’Histoire en peinture de l’Assemblée nationale ». Une pétition circule pour en exiger le retrait parce qu’elle serait « un angle mort de la mémoire coloniale », selon madame Mame-Fatou Niang et monsieur Julien Suaudeau qui comparent cette création du peintre sétois et ses codes esthétiques « à une imagerie hésitant entre Banania et Tintin au Congo ». Et ce au motif que les « lèvres surdimensionnées » des esclaves représentés, brisant leurs chaînes, nous ramèneraient à une « vision humiliante et déshumanisante » des noirs. Sauf que, dans l’univers de Di Rosa, tous ses personnages, qu’ils soient blancs, noirs, roses, verts ou bleus, et quels que soient les thèmes ou les contextes, sont toujours représentés avec de grosses bouches et des yeux immenses… Rien donc d’intentionnellement provocateur en cette circonstance précise, mais l’exposition de thèmes et d’évènements politiques traités selon les codes esthétiques habituels d’Hervé Di Rosa – Ce que n’ignorent pas nos deux censeurs : ils le reconnaissent volontiers dans leur tribune. Mais voilà, nos deux intellectuels ont fait le choix de s’arrêter au « choc » de l’image sortie de son contexte politique et esthétique, en la référent seulement, pour les besoins de leur cause, à une iconographie publicitaire ancienne ; alors qu’en raison, rien n’autorise un tel parti pris. Encore une fois, s’il ne fallait s’arrêter qu’à un seul aspect de l’oeuvre d’Hervé di Rosa, sa représentation de l’Humanité y suffirait. Tous les humains la composant, tous et de différentes couleurs, blancs, noirs, jaunes, verts ou roses ont, en effet, de grosses et mêmes lèvres, des yeux immenses, exhorbités, des dentures immenses… Une représentation de l’Universel humain qui brasse tous les référents esthétiques pour les fondre dans une unité symbolique particulière, la sienne. Rappelons aussi, subsidiairement que cette commande publique a été passée en 1991 quand Laurent Fabius présidait l’Assemblée Nationale. Bref, dans cette affaire comme dans d’autres récentes, on assiste à une tentative de censure de la part de militants identitaires obsédés par les apparences et se posant en victimes de « représentations » offensantes… Je ne suis pas sûr que ce genre d’intimidation jouant sur la mauvaise conscience des « dominants » et le sentiment de « déclassement » des « dominés », pour reprendre les catégories intellectuelles de ce nouvel antiracisme victimaine soit de bonne stratégie antiraciste. Il me semble au contraire plutôt la déconsidérer, tant au plan idéologique que politique… Un souhait pour conclure ! Qu’Hervé Di Rosa sorte enfin d’un manichéisme et d’un angélisme idéologique et politique qui lui font dire encore aujourd’hui, hélas !, ce genre de sottise : « Que les gens de droite m’attaquent, je veux bien, parce qu’à la limite mes œuvres sont faites pour ça, mais là… »

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Didier

    |

    Mais non, il a raison. Il sait très bien que dans la sphère kulturelle, revendiqué de droite, il n’aurait eu aucune chance. Donc, forcément il est de gauche, bien soutenu par les FRAC que nous avons bien connu

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

Coralie Haller, Université de Strasbourg Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original. Des vignobles vallonnés à perte de [Lire la suite]
Pourquoi  cet acharnement sur le "cadavre politique" encore chaud de François de Rugy ?…

Pourquoi cet acharnement sur le "cadavre politique" encore chaud de François de Rugy ?…

  Je fais pourtant l'effort intellectuel et moral pour contrarier ma répugnance naturelle pour ce genre de chasse à l'homme savamment orchestrée par Médiapart, mais les meutes soulevées à [Lire la suite]
Une soirée au Café de la Paix, à Gruissan…

Une soirée au Café de la Paix, à Gruissan…

        C’est un café à l'ancienne en plein coeur du village. Son intérieur est celui d’un bateau. Sobre. Comme ceux qui naviguent au loin. Sa terrasse, à angle droit, s’étend s[Lire la suite]
Des "corbeaux", des amis et des hommes !

Des "corbeaux", des amis et des hommes !

        Notes : 1) Affaire" de Rugy. Vérifié dans ma vie professionnelle : on n’a pas d’amis en politique. Conséquemment la sagesse commande de ne jamais inviter à d[Lire la suite]
Je ne mange jamais de homard, mais fume parfois un bon "puro" !

Je ne mange jamais de homard, mais fume parfois un bon "puro" !

            En attendant la nomination de monsieur Edwy Plenel à la tête du ministère de La Vertu Publique, il serait judicieux de ne plus en nommer d[Lire la suite]
Municipales2020 à Narbonne : Garbay Sainte Cluque : drôle de paire !

Municipales2020 à Narbonne : Garbay Sainte Cluque : drôle de paire !

      Je mettais mon dernier billet en ligne – hier soir très tard – que le service abonnement de l’Indépendant me signalait la parution de l’édition du lendemain avec cette  éni[Lire la suite]
  
2006-2016 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :