Contre-Regards

par Michel SANTO

À Narbonne, comme ailleurs, des librairies indépendantes de centre-ville menacées…

Le 10 janvier, je recevais un courriel de Martin Guillemot, le propriétaire de la librairie  L’An Demain, située au 4 rue Cabirol à Narbonne, qui m’informait de sa fermeture pour un mois. La raison, un long temps voyage à Taiwan pour y retrouver sa fille – elle y vit avec son compagnon, étudie et travaille depuis deux ans. Réouverture donc le 19 février. Mais pour une courte durée, hélas ! (le local et le fonds de commerce sont déjà en vente.) Malgré un travail incessant de communication et la création d’un stock pertinent et reconnu d’ouvrages dans les domaines de l’écologie et du patrimoine, sa librairie se trouve en effet  dans une impasse du fait de la baisse de la vente des livres et de la désertification commerciale du centre ville, notamment. Et il n’est pas le seul à éprouver de sérieuses difficultés.  Thierry Camus, le libraire de la rue de la Major, lui aussi cherche désespérément un repreneur – difficile quand on connaît le niveau de « rémunération » de cette profession et l’importance des garanties exigées par les organismes prêteurs – ; et on ne peut pas dire – à l’exception de la librairie de la rue Droite spécialisée dans la vente de bandes dessinées – que les deux autres librairies indépendantes du centre ville : Libellis et la Librairie du Livre Voyageur (la toute dernière installée rue de l’Ancienne Porte de Béziers) soient en très « grande forme » et sur une ligne de croissance leur permettant de « vivre » en toute quiétude. Une situation inquiétante pour l’avenir « culturel » du centre-ville, qui ne me semble pourtant  pas alarmer  nos responsables politiques locaux. Certes, quelques manifestations promotionnelles sont organisées –  « salon du livre »… –  , mais elles restent très largement extérieures aux problèmes structurels de ce secteur d’activités. Pourtant des initiatives sont prises dans des villes voisines qui me semblent reproductibles ici. Des associations regroupant des libraires indépendants naissent ainsi, qui bénéficient de subventions de leur municipalités et de la Drac ; des achats réguliers de livres sont programmés etc. Si l’on ne veut pas que disparaissent un jour ces lieux de culture et de savoir que sont nos librairies indépendantes, il serait temps que l’on s’intéresse enfin à leur avenir. Elles sont, avec leurs propriétaires, une des composantes de toute politique dite culturelle et méritent d’être considérés pour ce qu’elles apportent de singulier à la vie de la cité. Que seraient en effet nos coeurs de ville sans ces petits « temples » de l’esprit ?

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (5)

  • camus

    |

    Bien évidemment , les librairies indépendantes sont extrêmement fragiles pour de nombreuses raisons . La faiblesse des marges accordées par les éditeurs , la concurrence d’internet , déloyale en ce qui concerne Amazon , La paupérisation des centre-villes etc…. . C’est pour cela que les pouvoirs locaux ont un rôle à jouer , à Narbonne , la communauté d’agglomération a enfoncé les clous du cercueil en attribuant la majorité des lots de l’appel d’offre de la mediatheque à une librairie Lyonnaise , alors que la remise que les libraires doivent appliquer la loi sur le plafonnement de la remise à 9% . Reste le réflexe citoyen : les lecteurs devraient fréquenter les librairies et commander chez elles , à suivre .

    Reply

    • Ingrid

      |

      Tout est dit.

      Reply

  • corcia marc

    |

    je suis triste de voir cette longue glissade de notre civilisation .
    Et plus encore de voir que nos « élites » n’ont pas l’air de se sentir concernées .
    En tout cas ,j’adhère complètement à votre cri d’alerte .

    Reply

  • camus

    |

    Il est vrai que les librairies peuvent prétendre à des aides régionales ou nationales mais il y a un hic , les dossiers à remplir sont de véritables usines à gaz . Je m’y suis essayé une fois (la première et la dernière) , pour avoir 1500 euros sur une opération en collaboration avec le lycée Docteur Lacroix autour d’une exposition Albert Camus , il a fallu remplir à son issue un rapport budgétaire , mon expert-comptable y a perdu son latin . Le pouvoir local doit agir , vu la politique culturelle du Grand Narbonne , il y a du chemin à faire . Haut les cœurs , les urnes parleront , dans le bon sens j’espère .

    Reply

    • Ingrid

      |

      S’il n’y avait que la politique culturelle !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

    Plus on se rapproche des élections municipales, plus la réflexion collective, au sein du conseil communautaire de l'Agglo, comme chez les élus de la Ville de Narbonne, semble pro[Lire la suite]
Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

            Les touristes sont venus plus nombreux encore que l'année dernière dans le coeur de ma petite ville ; et nos élus de vanter l'excellence de le[Lire la suite]
Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

      Prenons date ! Didier Mouly l'assure dans "l'Indépendant" : la salle multimodale sera pleine 10 mois sur 12 : 300 jours par an. Remplie de quoi ? il n'en sait rien, mai[Lire la suite]
Un salon des seniors,  ricane la camarde…

Un salon des seniors, ricane la camarde…

        À l'exception de ceux de coiffure, ma petite ville n'est pas une ville de salons. Preuve en est son Parc des Expositions toujours vide – il ne fait le plein que p[Lire la suite]
Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

      J'apprends que les "croque-morts" publics ont tenu leur messe annuelle au Théâtre Scène Nationale. Ne pouvait-on pas trouver équipement plus adapté à cette honorable corpor[Lire la suite]
Les socialistes, pas tous, chantent "J'aime Narbonne !", alors qu'ils ne s'aiment pas entre eux…

Les socialistes, pas tous, chantent "J'aime Narbonne !", alors qu'ils ne s'aiment pas entre eux…

          Ces socialistes sont décidément impayables. Dimanche, par la voix d’Éric Andrieu, député européen et ancien premier secrétaire de la fédération de l[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :