Contre-Regards

par Michel SANTO

Attaquer des permanences parlementaires, c’est violenter la démocratie…

8939

Permanence du député Romain Grau, Perpignan, samedi 27 juillet 2019 © CRG

 

Des députés sont nommément désignés, dénoncés, et leurs permanences parlementaires défoncées, murées. Leur crime : avoir « mal voté ». Cet été, le CETA ; demain, la loi sur la Sécurité Sociale ; et les trois prochaines années de ce quinquennat toutes les réformes en cours d’élaboration législative.Des violences à demi-mot excusées par la frange radicale de la classe politique (celle des pseudo-représentants du “peuple contre les “élites”), de l’opinion et une partie des médias. Une stratégie manipulatrice et dangereuse qui, sur un fond de discours antiparlementariste, nourrit une violence idéologique et sociale et sape tous les garde-fous de la démocratie représentative. Ainsi, l’élection est, de fait, considérée comme illégitime et l’argumentation et la délibération rationnelle dans un cadre apaisée s’inclinent sous le poids des pressions de toutes sortes, y compris physique. Quant au maintien de l’ordre public, pour répondre à ces attaques contre les fondements de notre système démocratique, il est, par les mêmes, assimilé et présenté comme l’expression de “violences policières”. Une “répression”, prémisse d’un “fascisme d’État” pour des “démocrates” armés de cocktails Molotov, de manches de pioche et de pavés, dont on nous serine à longueur “d’infos” à quel point bonnes et pures seraient leurs véritables intentions. On aimerait que se dresse un mur “politique” face à cette réthorique et ces actes anti-démocratiques. Je constate, hélas, une passivité et un laissez-faire inquiétant. Inacceptable !

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Avatar

    Polo

    |

    La meute ne reconnaît qu’une loi :
    la sienne.

    Reply

  • Avatar

    PICHON'

    |

    Amusant, comment les enfants de la république , descendants de la révolution de 89 , peuvent tout à coup , craindre comme la noblesse de l’epoque craindre pour leurs “privilèges”.
    Plus sérieusement, sauf á organiser une marche blanche qui “rameuterait ” des centaines de supporters aux députés qui ont voté le CETA, je ne vois pas comment ne pas constater que la Veme et son système représentatif ne sont plus adaptés à notre époque. Ce n’est pas lui faire insulte mais simplement s’interroger pour une évolution qui refonderait le vivre ensemble et la préservation de l’intérêt général . Sans compter sur une mise en place d’une représentation exemplaire et désintéressée.
    Je ne fais qu’ouvrir le débat .

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Qu’appelez-vous donc une une représentation exemplaire et désintéressée ?

      Reply

  • Avatar

    dumas

    |

    Il y aurait eu tellement, tellement, tellement à faire durant ces 45 années de réformes inabouties, de décentralisations incomplètes, de transformations inutiles, de reconstructions jamais entreprises, de lois inappliquées, de lois bafouées, de démocratie piétinée.
    Les citoyens ont été pris pour des enfants rebelles qu’ils ont été parfois, mais là c’est trop.
    Chacun sait que le pouvoir est entre les mains de L’Administration et que le politique n’est qu’un supplétif.
    Chacun sait que le rôle des Députés est de voter les lois et de s’assurer de leur mise en oeuvre par le contrôle qu’ils doivent exercer sur le gouvernement.
    Chaque citoyen voit sous ses yeux que rien de cette organisation là n’est respectée. Beaucoup résistent pour ne pas rejoindre la meute… jusqu’à quand notre République tiendra ainsi?

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël aussi. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le même fond "musical[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :