Contre-Regards

par Michel SANTO

Au nom du père, et du mari !..

Dominique Rousseau est professeur de droit constitutionnel à l’Université Montpellier I et a été membre du Conseil Supérieur de la Magistrature (2002-2006). Il tient chronique aussi régulièrement dans  « le Monde » et l’édition dominicale du « Midi Libre ». Dans sa dernière, de ce dimanche, il nous explique (!!!) que l’élection du fils du Président de la République à la présidence de l’EPAD se ferait certes « dans le respect du seul principe qui fonde la légalité républicaine : le respect du suffrage universel. », mais que ce principe ne serait que  «  l’apparence » de la légalité. Oubliant au passage son liminaire rappel sur « la réalité de la légalité » dans une République qui ne pratique plus le suffrage censitaire (par l’argent, les diplômes, l’âge, l’expérience, et que sais je encore). Bref, dans cette affaire, on n’est pas dans le droit et son respect mais dans l’éthique et la convenance (voir mon billet précédent).Et notre professeur, pour asseoir sa crédibilité, aurait du citer à la suite de sa longue liste de dynasties républicaines ointes par le suffrage universel la dernière en date, celle de Delors-Aubry (sa fille). Mais là, son logiciel politique s’est curieusement bloqué. Comme il semble incapable ou impuissant à traiter la réalité de son quotidien politique montpelliérain où une Claudine Frêche, qui est directrice d’ACM (nommée et non élue), est aussi l’épouse de Georges Frêche, le président de l’agglomération de Montpellier et du Conseil régional. Rappelons, pour des lecteurs peu informés des réalités régionales, qu’ACM est une Société d’aménagement et de construction  et qu’elle est désormais le plus important des bailleurs sociaux de la région Languedoc-Roussillon. Qu’elle gère un patrimoine de plus de 20 000 logements, soit plus de 50 000 habitants répartis sur la ville de Montpellier et le territoire de la Communauté d’Agglomération. Et qu’en 2009, son budget global s’élève à 360 millions d’euros. Cette pratique là du pouvoir, Dominique Rousseau et le «  Midi Libre » l’ont pourtant sous les yeux, mais ils ne veulent pas la voir. Dans ces conditions, quelle valeur attribuer à leurs « papiers » sur « cette noblesse politique ou d’Etat, qui se reproduit et se transmet le pouvoir. », sinon celle de masquer et de justifier « le cynisme de parvenus » de «  nos » hobereaux de province. En l’occurrence la leur. Et la mienne…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio