Contre-Regards

par Michel SANTO

C’était au 10 rue Michelet, à Narbonne …

blog-1-0107.jpg                      blog-1-0106.jpg

Il y a des jours comme ça ! On se promène, l’esprit en vadrouille lui aussi, et le passé vous cueille sans prévenir. Comme devant ce grand portail largement ouvert sur une profonde et splendide cour intérieure aux murs tapissés de lierre, débordante de diverses variétés d’arbustes et de plantes en pots fleuries.

Celle là même qu’enfant je croyais entrevoir perché sur une chaise bancale, le corps et le cou tendu au travers de la fenêtre de la cuisine du sombre et modeste appartement de la rue Michelet dans lequel vivaient mes grands parents. De cet incommode observatoire, je n’en percevais qu’un tout petit mètre carré, parfois traversé par l’ombre fugitive d’une énigmatique dame . De cette grande et belle maison de maître, je ne connaissais que sa banale façade et son insignifiante petite porte d’entrée donnant sur la rue Michelet, face à l’église Saint Sébastien. Personne ne pouvait rien m’en dire, sinon qu’une riche famille la possédait et que deux soeurs célibataires l’habitaient. C’est ainsi que tous les samedi, jusqu’à mes dix ans, toujours installé sur mon incommode poste d’observation, j’ai bâti une maison imaginaire faite d’extraordinaires pierres de beauté, emplie de mystérieuses histoires. C’est cela que j’ai raconté , la semaine dernière, à cette dame installée devant son grand porche largement ouvert sur la place du Forum. Et c’est pour cela que je lui ai demandé la permission d’entrer et de visiter sa belle demeure. Demande à laquelle elle a répondu par un bienveillant sourire d’invite. Comment dire! Cette cour luxuriante n’était pas celle de mon enfance, j’en avais la certitude. Ce n’est qu’après avoir traversé un imposant corps de bâtiments sous la conduite de la propriétaire des lieux que je la découvris enfin. Ainsi se révélait dans son étendue et sa magnificence cette toute petite partie d’un patio pieusement inscrit dans ma mémoire. Mon rêve prenait enfin corps. Et dans quelle splendeur!

 blog-1-0112.jpg

A présent, quand je vois cette avenante personne installée devant son grand portail à regarder le mouvement de la place du Forum, je m’arrête quelques instants. Nous parlons de la vie qui passe, tout en faisant quelques pas dans ses deux cours intérieures où règnent, dans un désordre des plus harmonieux, l’élégance et la beauté… Comme dans mes songes d’enfant !

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Trois titres, trois représentations du monde…

Trois titres, trois représentations du monde…

Ce quotidien est le plus lu dans les Départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Trois éditions les couvrent : Carcassonne, Narbonne et Perpignan. Trois éditions et trois pages de "Une" : t[Lire la suite]
No thumbnail available

Deux heures loin du bruit et du désordre "mondain"…

Hier matin, longue marche de la passerelle entre Deux Villes jusqu’à l’écluse de Raonel. Deux heures d’efforts physiques et de quiétude morale. Ou plutôt de distance intellectuelle avec le bru[Lire la suite]
Salauds de riches, va !

Salauds de riches, va !

Notre-Dame de Paris. Et puis Zut, zut ! Encore plus salauds que je l'imaginais ces riches. Ils continuent leur mercantile et immorale pub en renonçant, après leurs dons, à leurs déductions fiscale[Lire la suite]
La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

Didier Mouly « la trouve saumâtre », cette avarie financière dans le projet d’aménagement du Grand Castelou : un site remarquable situé  dans un espace protégé en bordure du canal de[Lire la suite]
Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Tant de choses paraissaient dérisoires devant le spectacle effrayant de Notre Dame de Paris en feu, hier soir, jusqu'à tard dans la nuit ; une nuit sans fin de noires pensées et de gorges nouées. [Lire la suite]
À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

le 4 avril, l’hebdomadaire L’Obs publiait une tribune signée par Mame-Fatou Niang et Julien Suaudeau, intitulée « Banalisation du racisme à l’Assemblée nationale : ouvrons les yeux ». L’objet de l[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :