Contre-Regards

par Michel SANTO

Carcassonne ! La dame du Préfet démissionne de la Ville : saison 3 !


Il était temps que l’indépendant se décide enfin à nous livrer un article au sujet de cette bien étrange affaire qui tant fait “jaser en ville” ! La menace planait – et plane encore –, en effet, que le Canard Enchaîné se fit le bruyant écho de cet invraisemblable recrutement de la femme du Préfet de l’Aude, madame Sabathé, par le maire  de Carcassonne, Monsieur Larrat.  Ce qui n’a rien d’illégal en soi, mais pose de sérieuses questions déontologiques et éthiques, comme je l’ai signalé, depuis plusieurs jours, dans deux billets publiés ici même les 30 et 31 janvier.  Dans ce contexte, le silence du principal quotidien départemental, aurait pu, et sans doute à tort, être disons “mal interprété”. Cela dit, rien de nouveau cependant dans ce papier de l’Indèp qui ne figure déjà dans mes deux textes, connus au demeurant d’une bonne partie du petit mundillo politico-journalistique carcassonnais – et d’ailleurs ! Passons donc vite sur ces éléments d’ambiance, pour relever à présent ce qui est rapporté dans le quotidien d’hier des propos tenus par le Préfet de l’Aude au rédacteur de cet article (en format pdf ici). J’en ai retenu ceci : « Il y a la question d’un possible conflit d’intérêt, d’usage d’une influence. C’est exactement la question posée pour Fillon et la mission de son cabinet pour Axa. Imaginez que la mairie demande une aide de l’Etat pour refaire le parvis du Dôme… ». Curieusement, j’observe que cette dernière phrase n’a pas été “relevée” par le dépositaire  de cette analyse préfectorale , alors que, précisément, comme je l’indique dans mon billet du 31 janvier, une première tranche (400 000€) d’une aide de l’État de 800 000 a bel et bien été demandée en 2016 – et obtenue, semble-t-il, comme semble l’indiquer la dernière décision modificative budgétaire de la ville de Carcassonne, la seconde étant programmée en 2017 – pour la réalisation d’un palais des congrès dont la préfiguration devait être assurée par  Madame. De ce  fait, le conflit d’intérêt¹ est évidemment avéré. Le plus surprenant, encore une fois, est qu’il soit apparu aux yeux de toutes les autorités concernées, si tard. Par un mystérieux concours de circonstance sans doute, son évidence ne s’est en effet jamais imposée au maire de Carcassonne, à ses Services ; à Monsieur Dupont, son responsable du pôle culturel, et au Préfet lui même, au moment de l’établissement du contrat public  liant son épouse à la Ville. À croire que le recrutement, dans ces conditions, d’une femme de Préfet, relève d’un acte de gestion courante à ce point banal qu’il ne doit ni ne peut justifier un traitement particulièrement attentif de toutes les parties intéressées. Pour l’heure, Monsieur Dupont – et son statut, ou, du moins, la présentation qu’en fait Monsieur Sabathé : dirigeant d’une société privée, alors qu’il figure dans l’organigramme de la Ville – est présenté comme celui qui serait à l’origine de ce qu’il nous est demandé de considérer comme un “profond et malheureux malentendu”, reste muet. Comme son “patron”, Monsieur Larrat… On aimerait pourtant entendre leur version des faits rapportés par le Préfet de l’Aude dans ce dernier article de l’Indépendant… Quand ?

¹Le conflit d’intérêts n’est pas défini par la loi française. Ce n’est pas un délit. On peut toutefois le définir communément comme un conflit entre la mission d’un agent public et ses intérêts privés, conflit susceptible d’influencer la manière dont il exerce ses fonctions. En d’autres termes, le conflit d’intérêt peut potentiellement remettre en cause la neutralité et l’impartialité avec lesquelles la personne doit accomplir sa mission du fait de ses intérêts personnels.

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (6)

  • Avatar

    Robert

    |

    Le silence de Monsieur Larrat et de Monsieur Dupont fait du bruit… au delà des vieux remparts de Carcassonne. C’est une bonne chose qui pourrait réveiller les consciences… et la presse locale quelque peu assoupie.

    Reply

  • Avatar

    Martin Anne-Marie

    |

    Merci pour vos articles pertinents

    Reply

  • Avatar

    Fred

    |

    Le Canard de cette semaine traite a nouveau de ce sujet !

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      J’étais informé de sa parution par le signataire de cet article…

      Reply

  • Avatar

    Porco

    |

    j’aime bien votre blog que je viens de découvrir un peu d’animation dans le ciel narbonnais, merci…………

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Bienvenu sur ce site. Bien cordialement…

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Le dernier  "tango" de Monsieur Daraud !

Narbonne ! Municipales2020 : Le dernier "tango" de Monsieur Daraud !

  Narbonne. Hôtel de ville.  Jean François Daraud est la tête de file du Rassemblement National aux élections municipales. Loin du profil moyen des candidats de ce parti, le personnage bro[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise (et d'ailleurs, sans doute) : Humour jaune à la lecture d'un article de presse …

Scènes de la vie narbonnaise (et d'ailleurs, sans doute) : Humour jaune à la lecture d'un article de

        Humour jaune ! Revue de presse locale – vite faite : un seul "canard" – ; et, stupéfaction à la lecture d'un article consacré à la visite du Haut Commissaire à l'[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :