Contre-Regards

par Michel SANTO

Carcassonne ! La dame du Préfet démissionne de la Ville : saison 2 !


Dans mon billet précédent, j’ai voulu traiter cette affaire, tant elle est emblématique – et caricaturale – de certaines pratiques locales, sur un mode ironique, sans rien cacher cependant des responsabilités en cause. En effet, et très curieusement, dans l’article de la Dépêche référencé précédemment, le responsable du pôle culturel de la Ville, Monsieur Dupont, est souvent cité et présenté, de fait, comme l’homme clef de cette étonnante situation, et son seul coupable.

Or s’agissant d’un contrat public conclu entre la Ville et madame Laure Sabathé, épouse du Préfet, son employeur ne pouvait être, en droit, que le maire de Carcassonne, monsieur Larrat. Qui, comme son adjoint en charge du personnel – s’il existe – et son Directeur Général des Services ne pouvaient ignorer le statut de l’éminente personnalité recrutée pour promouvoir ce palais des congrès. Circonstance aggravante à ce conflit d’intérêt manifeste, s’ajoutait le fait que le financement de ce futur équipement est assuré en partie par une subvention de 400 000€ de l’État en 2016 – sur les 800 000€ prévus – en provenance du Fonds d’Aide à l’Investissement des collectivités locales, figurant en recettes de la décision modification votée par le Conseil municipal de Carcassonne, en juillet 2016. De sorte que l’argument  du Préfet : « Lorsque mon épouse a signé son contrat, je pensais qu’il était régi par le droit privé… », laissant entendre par là que ce type de contrat lui aurait  permis d’exercer son activité sans « conflit d’intérêts », ne « tient pas la route ».  Enfin une dernière petite chose, un détail. Madame Laure Sabathé, née Mouette, était aussi inscrite au greffe de Carcassonne dans le secteur « Autres intermédiaires du commerce en produits divers »,  ce qui est son droit, évidemment ! Mais domicilier son entreprise au 52 rue Jean Bringer de cette même ville, qui est le siège de son domicile… et celui de la Préfecture surtout, est, tout de même, on en conviendra, malheureux. Je note toutefois que depuis le 30 janvier 2017 (tiens donc !) cette entreprise est radiée du greffe… Une pure coïncidence !

 
 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés en page d’accueil ou ci-dessous !

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (6)

  • Avatar

    Robert

    |

    Bel article qui démontre bien le manque de discernement des différents acteurs, la « perméabilité » morale entre intérêt public et privé, les tentations du toujours plus. Je reste choqué par de tels comportements, Comment sécuriser les intérêts publics ? Alerter sur le fait qu’un directeur d’un pôle culturel municipal ne puisse avoir des sociétés étroitement liées à sa mission de service public… histoire de poser un cadre à ceux qui manquent de discernement.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Ce qu’il y a d’étrange, c’est que le préfet, dans l’article de la Dépêche, fasse référence aux sociétés privées de monsieur Dupont, qui semblent pourtant ne pas exister !

      Reply

  • Avatar

    Joel Raimondi

    |

    sur le Pont de dame Carcasse et sa dette (Orta) on y danse on y danse… Diantre diable, faut bien que les dames s’occupent , non ? délits qu’essence ?

    Reply

  • Avatar

    Robert

    |

    Oui elles existent, mais il semblerait que cela n’intéresse pas plus que cela la presse locale. L’article de la dépêche aurait mérité plus d’éclaircissement… dommage pour les lecteurs…et peut-être pour les contribuables.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Oui, la presse locale est d’une discrétion exemplaire dans cette histoire. C’est entre autres raisons le pourquoi de ce second billet. Sans qu’il y ait de relations de cause en effet, évidemment, le préfet de l’Aude fut aussi dans le passé un proche collaborateur de Monsieur Baylet, quand ce dernier présidait je conseil général du Tarn et Garonne. Cela dit, mon instinct m’amène à penser que la semaine prochaine ces infos pourraient être reprises…

      Reply

  • Avatar

    Robert

    |

    Ceci explique peut être cela mais n’excuse pas tout… Au plaisir de vous lire…et de lire la presse ;)

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

Coralie Haller, Université de Strasbourg Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original. Des vignobles vallonnés à perte de [Lire la suite]
Pourquoi  cet acharnement sur le "cadavre politique" encore chaud de François de Rugy ?…

Pourquoi cet acharnement sur le "cadavre politique" encore chaud de François de Rugy ?…

  Je fais pourtant l'effort intellectuel et moral pour contrarier ma répugnance naturelle pour ce genre de chasse à l'homme savamment orchestrée par Médiapart, mais les meutes soulevées à [Lire la suite]
Une soirée au Café de la Paix, à Gruissan…

Une soirée au Café de la Paix, à Gruissan…

        C’est un café à l'ancienne en plein coeur du village. Son intérieur est celui d’un bateau. Sobre. Comme ceux qui naviguent au loin. Sa terrasse, à angle droit, s’étend s[Lire la suite]
Des "corbeaux", des amis et des hommes !

Des "corbeaux", des amis et des hommes !

        Notes : 1) Affaire" de Rugy. Vérifié dans ma vie professionnelle : on n’a pas d’amis en politique. Conséquemment la sagesse commande de ne jamais inviter à d[Lire la suite]
Je ne mange jamais de homard, mais fume parfois un bon "puro" !

Je ne mange jamais de homard, mais fume parfois un bon "puro" !

            En attendant la nomination de monsieur Edwy Plenel à la tête du ministère de La Vertu Publique, il serait judicieux de ne plus en nommer d[Lire la suite]
Municipales2020 à Narbonne : Garbay Sainte Cluque : drôle de paire !

Municipales2020 à Narbonne : Garbay Sainte Cluque : drôle de paire !

      Je mettais mon dernier billet en ligne – hier soir très tard – que le service abonnement de l’Indépendant me signalait la parution de l’édition du lendemain avec cette  éni[Lire la suite]
  
2006-2016 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :