Contre-Regards

par Michel SANTO

Carcassonne ! La dame du Préfet démissionne de la Ville : saison 2 !


Dans mon billet précédent, j’ai voulu traiter cette affaire, tant elle est emblématique – et caricaturale – de certaines pratiques locales, sur un mode ironique, sans rien cacher cependant des responsabilités en cause. En effet, et très curieusement, dans l’article de la Dépêche référencé précédemment, le responsable du pôle culturel de la Ville, Monsieur Dupont, est souvent cité et présenté, de fait, comme l’homme clef de cette étonnante situation, et son seul coupable.

Or s’agissant d’un contrat public conclu entre la Ville et madame Laure Sabathé, épouse du Préfet, son employeur ne pouvait être, en droit, que le maire de Carcassonne, monsieur Larrat. Qui, comme son adjoint en charge du personnel – s’il existe – et son Directeur Général des Services ne pouvaient ignorer le statut de l’éminente personnalité recrutée pour promouvoir ce palais des congrès. Circonstance aggravante à ce conflit d’intérêt manifeste, s’ajoutait le fait que le financement de ce futur équipement est assuré en partie par une subvention de 400 000€ de l’État en 2016 – sur les 800 000€ prévus – en provenance du Fonds d’Aide à l’Investissement des collectivités locales, figurant en recettes de la décision modification votée par le Conseil municipal de Carcassonne, en juillet 2016. De sorte que l’argument  du Préfet : “Lorsque mon épouse a signé son contrat, je pensais qu’il était régi par le droit privé…”, laissant entendre par là que ce type de contrat lui aurait  permis d’exercer son activité sans “conflit d’intérêts”, ne “tient pas la route”.  Enfin une dernière petite chose, un détail. Madame Laure Sabathé, née Mouette, était aussi inscrite au greffe de Carcassonne dans le secteur “Autres intermédiaires du commerce en produits divers”,  ce qui est son droit, évidemment ! Mais domicilier son entreprise au 52 rue Jean Bringer de cette même ville, qui est le siège de son domicile… et celui de la Préfecture surtout, est, tout de même, on en conviendra, malheureux. Je note toutefois que depuis le 30 janvier 2017 (tiens donc !) cette entreprise est radiée du greffe… Une pure coïncidence !

 
 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés en page d’accueil ou ci-dessous !

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (6)

  • Avatar

    Robert

    |

    Bel article qui démontre bien le manque de discernement des différents acteurs, la “perméabilité” morale entre intérêt public et privé, les tentations du toujours plus. Je reste choqué par de tels comportements, Comment sécuriser les intérêts publics ? Alerter sur le fait qu’un directeur d’un pôle culturel municipal ne puisse avoir des sociétés étroitement liées à sa mission de service public… histoire de poser un cadre à ceux qui manquent de discernement.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Ce qu’il y a d’étrange, c’est que le préfet, dans l’article de la Dépêche, fasse référence aux sociétés privées de monsieur Dupont, qui semblent pourtant ne pas exister !

      Reply

  • Avatar

    Joel Raimondi

    |

    sur le Pont de dame Carcasse et sa dette (Orta) on y danse on y danse… Diantre diable, faut bien que les dames s’occupent , non ? délits qu’essence ?

    Reply

  • Avatar

    Robert

    |

    Oui elles existent, mais il semblerait que cela n’intéresse pas plus que cela la presse locale. L’article de la dépêche aurait mérité plus d’éclaircissement… dommage pour les lecteurs…et peut-être pour les contribuables.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Oui, la presse locale est d’une discrétion exemplaire dans cette histoire. C’est entre autres raisons le pourquoi de ce second billet. Sans qu’il y ait de relations de cause en effet, évidemment, le préfet de l’Aude fut aussi dans le passé un proche collaborateur de Monsieur Baylet, quand ce dernier présidait je conseil général du Tarn et Garonne. Cela dit, mon instinct m’amène à penser que la semaine prochaine ces infos pourraient être reprises…

      Reply

  • Avatar

    Robert

    |

    Ceci explique peut être cela mais n’excuse pas tout… Au plaisir de vous lire…et de lire la presse ;)

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scènes de la vie narbonnaise :  et d'un certain état d'esprit bien français !

Scènes de la vie narbonnaise : et d'un certain état d'esprit bien français !

      Devant chez moi, un gros chantier de rénovation urbaine : réfection et embellissement des trottoirs, chaussées et places du quartier délimité par précisément la place des Q[Lire la suite]
Ces sinistres processions qui nous rappellent tant d'autres époques…

Ces sinistres processions qui nous rappellent tant d'autres époques…

        Des hommes et des femmes qui défilent sur une avenue, dans la nuit, flambeaux tendus vers le ciel. Au premier plan, certains portent des gilets marqués du sigle d[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand Narbonne ?

Narbonne ! Municipales2020 : Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand

    Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand Narbonne ? La question est rhétorique, évidemment, et la phrase faussement interrogative. Bertrand Malquier n’est [Lire la suite]
La démocratie peut-elle survivre à la haine?

La démocratie peut-elle survivre à la haine?

            Extraits de l'analyse de Dominique SCHNAPPER, publiée dans la revue en ligne TELOS. L'intégralité de texte est (ici) «Dans la démocratie,[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

  L'Indépendant. Cliquer sur l'image pour accéder au site du journal.    Le député du Rassemblement national, Louis Aliot, qui brigue la mairie de Perpignan, était avant-hier dans [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

      Et de huit ! Qui ? Un nommé Perello ! Son programme : « le plus plus gros » de tous les temps. Avec, en tête de gondole, une faculté de médecine ; la création de 10 000[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :