Contre-Regards

par Michel SANTO

Carnet : quatre notes en passant…

 

Carnet :

2 Septembre. Le monde est une étrange et cruelle chose : le danger et la mort y sont partout. Nous l’habitons fort heureusement en aveugle, le parons quotidiennement d’illusions. Une chute parfois en déchire les voiles. En retisser les fils, lucidement, est ce qui reste d’espoir.

 

5 Septembre. Ma mère a 92 ans. Elle vit chez ma soeur. Tout lui est acquis que l’on puisse espérer à son âge : protection, affection, soins. Dans l’instant où je vais à sa rencontre, elle me reconnait et me le fais savoir. Des mots suivent ! Peu, cependant, de tendresse ou d’affection. Sa génération, il est vrai, en a été lourdement privée. Il n’était pas en effet conforme à la tradition, à la morale, d’en trop donner aux enfants. Une éducation à la violence du monde et de la société, en quelque sorte. Celle par elle subie, dont je sais tout, c’est à dire presque rien. La questionnant, elle répondait par un lourd silence. Le moment n’est pas propice pour le lui dire : elle ne comprendrait pas. Il est trop tard ! Le fil de la conversation se casse. Je m’éloigne et l’entends murmurer à ma soeur : « Qui est-ce ? » — C’est ton fils, maman !

 

9 Septembre. Assise sur le canapé en train de regarder sa tablette, Mila me dit : « Papy, je m’ennuie ! ». Je lui réponds : « Quelle chance ! ». Et de lui montrer le plafond où s’affaire dansun coin une petite araignée.

— Je vais te raconter son histoire

— Elle est vraie 

— Oui, je l’ai rêvée quand j’étais enfant et qu’alors je m’ennuyais.

 

12 Septembre. Gruissan : la plage. Tu offres ton corps aux caresses de la brise et plies ton esprit au ressac des vagues. Rien n’existe  hors cet instant. Moins encore les mots pour lui donner une forme.

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire