Contre-Regards

par Michel SANTO

Carnet : semaine 38 !

Lecture : Marcel Gauchet, pour Books (Hors série) : « La démarche critique se voulait libératrice. Mais elle a engendré une défiance généralisée à l’égard des faits les mieux attestés, des connaissances les plus établies, et donner naissance à un obscurantisme d’un genre inattendu… Dénoncer n’est pas comprendre. Pire, dénoncer empêche le plus souvent de comprendre. Ainsi on a vu apparaître cette chose qu’on aurait cru impensable : un obscurantisme critique, où l’ambition de démasquer, de déconstruire, de s’opposer, de se dresser contre l’état des choses devient un écran à l’intelligence de sa réalité. » Marcel Gauchet, pour Books (Hors série).

   

Révélation : Comme un bon croquis, une image parfaite, qui vaut de long discours, sur l’indissociable couple formé par le cynisme politique et la victimisation sociale promu par les producteurs (au sens cinématographique du terme) d’une société spectaculaire et bienveillante :

   

Manipulation : Je propose, comme pour les pesticides, d’établir une barrière de 100 à 150 mètres entre les fumeurs et leurs futures et probables victimes d’un cancer du poumon, ou de la gorge… Catherine Hill : “On légifère sur les pesticides qui causent (au maximum) 20 cancers professionnels par an (par manque de précautions) et zéro chez les consommateurs. Alors qu’on laisse la population fumer et boire autant qu’elle veut, provocant des dizaines de milliers de cancers par an en France”

     

À la plage, mardi. Le temps m’est désormais compté, en gros la vie d’un chat sauvage : 16 ans. Après ?… il n’est donc plus temps d’attendre, d’espérer — quoi, qui ? Chaque rayon de soleil, chaque vague murmurée ; chaque sourire, chaque mot, chaque geste d’un être aimé, chaque jour comme aujourd’hui sur une plage, pèsent à présent une éternité — Joie !

 

 

Le propre de l’honnêteté intellectuelle est d’accepter la part de préjugés qui est en nous.

 

 

Petit exercice : quand on vous parle d’une conspiration, au lieu d’essayer d’argumenter, rajoutez en une couche. Exemple

– l’homme n’est jamais allé sur la lune – réponse : parce que tu crois vraiment que la lune existe ?

Laissez mijoter quelques minutes et observez le résultat.

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Polo

    |

    « Déconstruire l’éternité »
    Michel Santo là il va vraiment falloir que vous vous retroussiez les manches!
    Bon courage.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :