Contre-Regards

par Michel SANTO

Carnet : semaine 38 !

Lecture : Marcel Gauchet, pour Books (Hors série) : « La démarche critique se voulait libératrice. Mais elle a engendré une défiance généralisée à l’égard des faits les mieux attestés, des connaissances les plus établies, et donner naissance à un obscurantisme d’un genre inattendu… Dénoncer n’est pas comprendre. Pire, dénoncer empêche le plus souvent de comprendre. Ainsi on a vu apparaître cette chose qu’on aurait cru impensable : un obscurantisme critique, où l’ambition de démasquer, de déconstruire, de s’opposer, de se dresser contre l’état des choses devient un écran à l’intelligence de sa réalité. » Marcel Gauchet, pour Books (Hors série).

   

Révélation : Comme un bon croquis, une image parfaite, qui vaut de long discours, sur l’indissociable couple formé par le cynisme politique et la victimisation sociale promu par les producteurs (au sens cinématographique du terme) d’une société spectaculaire et bienveillante :

   

Manipulation : Je propose, comme pour les pesticides, d’établir une barrière de 100 à 150 mètres entre les fumeurs et leurs futures et probables victimes d’un cancer du poumon, ou de la gorge… Catherine Hill : “On légifère sur les pesticides qui causent (au maximum) 20 cancers professionnels par an (par manque de précautions) et zéro chez les consommateurs. Alors qu’on laisse la population fumer et boire autant qu’elle veut, provocant des dizaines de milliers de cancers par an en France”

     

À la plage, mardi. Le temps m’est désormais compté, en gros la vie d’un chat sauvage : 16 ans. Après ?… il n’est donc plus temps d’attendre, d’espérer — quoi, qui ? Chaque rayon de soleil, chaque vague murmurée ; chaque sourire, chaque mot, chaque geste d’un être aimé, chaque jour comme aujourd’hui sur une plage, pèsent à présent une éternité — Joie !

 

 

Le propre de l’honnêteté intellectuelle est d’accepter la part de préjugés qui est en nous.

 

 

Petit exercice : quand on vous parle d’une conspiration, au lieu d’essayer d’argumenter, rajoutez en une couche. Exemple

– l’homme n’est jamais allé sur la lune – réponse : parce que tu crois vraiment que la lune existe ?

Laissez mijoter quelques minutes et observez le résultat.

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Polo

    |

    « Déconstruire l’éternité »
    Michel Santo là il va vraiment falloir que vous vous retroussiez les manches!
    Bon courage.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :