Contre-Regards

par Michel SANTO

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : “Mon bureau, c’est le terrain” ! Quésaco ?

 

   
 

Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son “bureau, c’est le terrain” (1). Une expression dont l’absurdité n’a d’égale que la bêtise des chargés de communication peuplant les annexes présidentielles de nos exécutifs nationaux et régionaux. Se targuer d’aller «  sur le terrain  »,  c’est avouer du même mouvement que l’on trace une ligne de partage entre le terrain et les centres de décision parisiens ou locaux (sièges de partis, palais nationaux, de régions, départements, que sais-je encore). Or le B-A BA de l’esprit républicain, jusqu’à nouvel ordre, est que le territoire ne se divise pas.  Il n’y a pas d’un côté les Zapotèques de Coulommiers (2) et de l’autre les caciques de l’hôtel de région, à Toulouse.  Et je ne chausse pas mes “Rangers” quand je vais à  Sainte Valière. Le «  terrain  », il est partout. Dans le bureau de madame Delga, à Coustouges ou à Roquecourbe.  J’ajoute que cette façon de penser (capitales creuses et stériles / cantons chargés de dense réalité) est une marque de fabrique historiquement déposée  : par Charles Maurras et Pierre Poujade ! Ce qui, pour une femme “de gauche”, n’est pas terrible ! La seule occasion où j’ai vu cette expression prendre un sens utile, c’est dans la bouche d’adjudants vietnamiens pendant mon service militaire à Carcassonne, au 3eme RPIMa…

(1) Dernièrement encore elle se faisait la championne d’une République des territoires, proche du terrain !

(2) Comme le dit si bien Marc Lambron dans son journal . Quarante ans : Journal 1997 (Grasset)

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire