Contre-Regards

par Michel SANTO

Ce soir là, « l’art », de manière inattendue, était involontairement dans la rue…

 

@photo : michelsanto.

   

Chaque soir, à la même heure, des boutiquiers pressés du centre ville entassent leurs « encombrants » – cartons, cintres, boîtes, papiers… – sur des trottoirs devenus en partie  impraticables, jusqu’à ce que les  servants des « camions poubelles » de l’entreprise assurant ce service de déblaiement rendent enfin aux piétons leur pouvoir  d’en user sans obstacles. Étant de ceux qui aiment les promenades urbaines tardives, le hasard – qui décidément aime à prendre la raison à contre pied – m’a  amené, la semaine dernière, devant un de ces encombrements dont la composition, pourtant aléatoire, m’a immédiatement saisie ; au point de l’analyser sous toutes ses faces, stupéfait par sa puissance symbolique. J’ai d’abord cru me trouver devant l’oeuvre d’un artiste nomade, un génial assembleur de déchets, jusqu’à ce que je finisse par admettre qu’aucune présence humaine alentour ne pouvait en certifier l’authenticité. Je dois dire ici que je ne fréquente pas ce que l’on ose encore appeler les « galeries » ou les « musées »  réservés à l’art contemporain. Pour beaucoup, leurs caractères s’accordent mal avec la pauvreté des formes – et des matériaux utilisés – : ils aplatissent des « oeuvres » aux effets esthétiques obscurs  – quand ils ne le sont pas à l’entendement des « commissaires » eux-mêmes –  ; icelles dégradant souvent l’image des sites – et leur histoire – où elles sont luxueusement présentées.  Là, pour en revenir à ce moment inattendu de parfaite conjonction – lieu, objets, matériaux – , dans cet espace-temps des plus réduits, cette composition totalement imprévisible, au contraire, m’a profondément touché. Jamais, en effet, le caractère tragique et fatal d’une vie tronquée par son usage marchand ne m’avait été, jusqu’ici, ainsi montré… La preuve que la sensation et la jouissance esthétique peuvent se passer des professionnels de la « forme », de leurs oeuvres et de leurs intentions : réelles ou supposées – un énoncé somme toute banal, il est vrai…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • elle

    |

    Excellent !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Les dessous de la rentrée politique de Jacques Bascou...

Les dessous de la rentrée politique de Jacques Bascou...

Rentrée de Jacques Bascou, après celle de Didier Mouly, dans le même journal, où il confirme paradoxalement sa sortie tout en expliquant que ce n’était pas lui qui avait quitté le Ps, mais son parti [Lire la suite]
Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

    Plus on se rapproche des élections municipales, plus la réflexion collective, au sein du conseil communautaire de l'Agglo, comme chez les élus de la Ville de Narbonne, semble pro[Lire la suite]
Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

            Les touristes sont venus plus nombreux encore que l'année dernière dans le coeur de ma petite ville ; et nos élus de vanter l'excellence de le[Lire la suite]
Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

      Prenons date ! Didier Mouly l'assure dans "l'Indépendant" : la salle multimodale sera pleine 10 mois sur 12 : 300 jours par an. Remplie de quoi ? il n'en sait rien, mai[Lire la suite]
Un salon des seniors,  ricane la camarde…

Un salon des seniors, ricane la camarde…

        À l'exception de ceux de coiffure, ma petite ville n'est pas une ville de salons. Preuve en est son Parc des Expositions toujours vide – il ne fait le plein que p[Lire la suite]
Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

      J'apprends que les "croque-morts" publics ont tenu leur messe annuelle au Théâtre Scène Nationale. Ne pouvait-on pas trouver équipement plus adapté à cette honorable corpor[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :