Contre-Regards

par Michel SANTO

Ces micro-évènements qui font l’absurdité ou la beauté du monde | Contre-Regard.com

hirondelle-contre-regards-michel-santo


je suis de ceux qui vibrent au micro-évènement d’une hirondelle posée sur un fil électrique à basse altitude, environ trois mètres, et qui se laisse approcher jusqu’à voir sa gorge blanche frémir sous un vent d’ouest de fin d’après midi, sur l’ancien chemin de halage du canal des Deux-Mers, au Somail, ce superbe hameau situé à quelques kilomètres seulement de Narbonne, malheureusement amputé de valeureux platanes rongés par une maladie incurable, qui jusqu’alors offraient aux promeneurs leurs ombres protectrices les jours d’intenses et brûlantes lumières d’été. Un événement qui a du sens car il ajoute à la beauté du monde, tandis que d’autres, me faisait remarquer, Patrick Corneau, hier soir sur ma page Facebook, comme les “faits et gestes médiatisés d’une dame ambitieuse”, en l’occurrence Fleur Pellerin, ne faisaient qu’ajouter un peu plus d’absurdité à ce même monde… Absurdité qui se constate aussi lors de petites scènes de la vie ordinaire dans une petite ville de province et que ne rapportent point ces envahissantes voix médiatiques censées nous informer sur l’état de nos mœurs, de l’humanité et de sa planète. Ainsi ce jour de la semaine dernière où, assis à la terrasse d’un café de la place de l’hôtel de ville, j’ai involontairement assisté à un désolant dialogue entre un affable « touriste » tout en rondeur et un âpre garçon de café de métier au regard dur et hargneux. Bref ! à la courtoise demande du premier de pouvoir disposer d’un cendrier, c’est par une fin de non-recevoir aussi sèche qu’argumentée par un « jetez vos mégots par terre, nous payons la municipalité pour ça ! », qu’il lui fut répondu. Comment dire ! J’ai eu honte. Honte à la vue de ce visage exprimant la surprise et l’incompréhension devant tant de vulgarité présentée à sa face « d’honnête homme » et de ceux qui, notamment, plus généralement, font l’effort de venir rendre hommage à la beauté de cette cité, au sol de sa place centrale pourtant tapissée de sinistres bouts de cigarettes… Oui, Patrick ! vous avez raison ! Ce genre de micro-événement, en effet, ajoute un peu plus à l’absurdité de l’humanité, comme « mon hirondelle » aperçue au Somail, hier, ajoutait  un peu plus à la beauté du monde…

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    Coumel JF

    |

    Dans ce climat d’hystérie collective qui a occupé et les médias et les citoyens par ricochet tout ce mois d’août, votre article a une fraîcheur et une insouciance qui est la bien venue.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Et vous verrez qu’il passera, contrairement à d’autres dans ce même blog, quasiment inaperçu… Merci, JF Coumel ! Et bonne journée…

      Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Et ceci encore que viens de me donner Patrick Corneau dans son commentaire sur le mur de ma page Facebook: ” Votre hirondelle me fait penser à la rose d’Angelus Silesius : « La rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu’elle fleurit,
      N’a pour elle-même aucun soin, – ne demande pas : suis-je regardée ? »
      Et c’est pour cela que nous l’aimons.

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :