Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique du Comté de Narbonne.

  narbonne4     Samedi 16 juin de l’an 2012,

Demain sera enfin finie cette « campagne » qui n’en finit plus et nous lasse. Tout aura été dit, de l’inutile et du dérisoire, de l’artificieux et du grotesque ; mais si peu des dangers qui menacent. Les pouvoirs s’en accommodent et ceux qui les délèguent se refusent à l’admettre; quant aux caisses de  nos gazettes, elles s’en repaissent au gré d’affaires et de petites phrases savamment mises en scène. Quel spectacle, mon oncle ! La peur, la haine, l’envie, la gloire et la jalousie y jouent toujours les premiers rôles. Immense théâtre de faux semblant, comme en ses terres rochelaises, mon oncle, où l’on vit la concubine du Roi humilier celle qui jadis occupait sa place. De Feydau ou de Racine, auprès de qui s’instruire ? De qui donc Valérie fut le symbole : de Bérénice ou de Titus ? Ne s’agirait-il encore que d’une vulgaire guerre des rosses ? Le succès peut couronner d’abord complots et coupables manœuvres, mais qui s’est élevé par l’intrigue tombera par l’intrigue, n’est ce pas mon oncle ? Car rien finalement ne reste ici bas que le talent. Ici, dans le Comté, de la marquise de Fade et du Sieur Si de Leucate, les heures les séparant d’un fauteuil à la cour sont à présent comptées. Bodorniou, batavien officieux vaincu, est à terre ; l’ayant suivi, de nombreux petits marquis et conseillers du Comté aussi, qui doivent beaucoup au Comte de Labatout ; un comte au dernier moment sorti de l’ombre pour s’en aller rejoindre la marquise de Fade, et qui ne pourra plus jouer l’ambiguïté. Demain, peu importe le résultat, il devra trancher. En aura-t-il la force et le caractère, jusqu’à présent si peu démontrés ?  Des ambitions et des rêves de gloire, petits ou grands, seront brisés. On pense alors aux tourments et aux angoisses de tous ceux qui devront un jour payer le prix de ces lachâges. L’un d’entre eux, le sieur Bourseaulit, ayant reçu un orage de grêle sur la tête quelques temps avant son infortune, ne prophétisait-il pas, dans son langage tout droit venu d’un inconscient exagérément libidineux : «  Si ça avait été plus long, plus fort et plus gros, ça aurait fait plus mal ». Par charité chrétienne, on ne le lui souhaite pas, mon oncle.

Dans quelques heures, le Royaume aura sa Cour ; le Roi et son gouvernement pourront enfin œuvrer. Il n’est que temps : de lourds nuages assombrissent l’horizon. La fatigue pèse sur mes paupières, mon oncle ! Il est minuit passé… Je t’embrasse, et t’écrirai plus longuement en début de cette semaine. Ton neveu !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]