Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. À Port la Nautique, la SNN s’enlise et… patauge!

 

coulage-en-sable-mouvant-41884169


C’était dimanche, la SNN tenait son Assemblée Générale. La première depuis l’arrivée d’un nouvel équipage conduit par Robert Déjean. La main sur la barre, son capitaine et ses matelots voulaient illico  envoyer par le fond un chef et son “resto”, ainsi que des passionnés de la “bonne chanson” française. Depuis, la bataille en sourdine continue… C’est ainsi que le Nautic’chant (1), qui vivait sa vie de petit centre culturel dans le quartier de la Nautique, pour le plus grand plaisir de ses adhérents, sympathisants et  spectateurs, vient de recevoir, par lettre avec A/R du 17 février, une sommaire mais virile sommation de quitter le lieu de ses musicales soirées… au mois d’avril 2016.

Une lettre signée par une dame, avocate de son état, agissant pour le compte de la Ville de Narbonne, dans laquelle elle fait référence à des “engagements clairs” de ladite association de se saborder ou de prendre le large au printemps. Ce qui, d’après ses responsables, s’avérerait tout simplement faux! Les amarres accrochées à une convention renouvelable en avril 2017, ces derniers entendent bien pousser la chansonnette et perpétuer le spectacle vivant au pays de Charles Trénet jusqu’à son terme, quitte à risquer une procédure d’expulsion. On imagine d’ici le ridicule d’un escadron de gendarmerie débarquant sur les quais de Port la Nautique pour en virer chansonniers et musiciens… Ah! les gorilles… Bref, plutôt que de débourder à l’amiable cette clochemerlienne situation, la SNN, ses dirigeants et la Ville, s’enlisent dans les sables mouvants d’une procédure aussi ténébreuse, dans ses objectifs, que profondément vaseuse, dans ses intentions. À propos de vase, justement, elle menace d’envahir le port, nous dit-on. Un dragage s’impose, mais on ne sait pas où trouver les sous et épandre les boues. Là aussi, on patauge!…


(1) Pour en savoir plus aller sur son sitewww.atoutboutdechant.com

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Etienne

    |

    Mais pourquoi le maire ne fait rien ? Il est du coté de ces guignols ? On habite une ville ou il ne passe déjà pas grand chose, alors pourquoi vouloir fermer un resto et une assoc culturelle qui crée un peu d’activité dans un endroit si joli ? Pouvez-vous nous en donner les raisons ? D’ailleurs ce resto est très bon parait-il.
    Désolé pour les mots, mais il faut bien appeler un chat un chat

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :