Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne: Didier Mouly et Bertrand Malquier, un premier couac!

images

Dans une chronique récente, je notais, sans insister, que le Maire de Narbonne Didier Mouly avait voté, lors d’un dernier conseil communautaire du Grand Narbonne, pour l’attribution d’une subvention en complément du financement apporté par le Conseil Général de l’Aude, en la circonstance maître d’ouvrage de l’opération , pour la réalisation d’un rond-point sur le territoire de la commune de Leucate. C’est à l’occasion d’une lettre de Michel Py, le maire intéressé, à l’adresse et à l’ensemble du groupe dit de “l’ouverture”, et dans laquelle sont fustigés les membres dudit groupe qui se sont abstenus avec à leur  tête  Bertrand Malquier, que cette information , jusqu’ici non démentie, nous est parvenue. Ainsi donc, entre les conseillers communautaires “Nouveau Narbonne”  et Bertrand Malquier , d’une part, et leur maire Didier Mouly, d’autre part, une première lézarde, un premier couac, vient de se produire sur un dossier d’importance. À moins que cela ne manifeste une impréparation totale dudit groupe et conséquemment une improvisation sauvage aux effets calamiteux. Ne parlons même pas des commentaires, forcément mal intentionnés, qui ne manqueront pas de surgir, c’est déjà le cas, sur la rivalité souterraine, réelle ou supposée, entre Didier Mouly et Bertrand Malquier. Dans cette affaire, indépendamment de ces aspects politiciens, j’observe que l’abstention de Bertrand Malquier avait au moins le mérite de poser un problème de fond quant à ce que devait être le périmètre d’intervention du Grand Narbonne. Cf ma chronique!  Un problème qui mérite qu’il en soit débattu sereinement une institution arrivée à maturité dans un contexte marqué par de lourdes contraintes financières, des projets de réformes des pouvoirs et compétences des Communautés d’Agglomérations et des difficultés de fonctionnement induites par une relation ville centre/ Grand Narbonne non participative. Cela dit, j’attends avec impatience le jour où sera débattu le financement de la rocade est de Narbonne (de compétence départementale, elle aussi). Le souci de la cohérence politique devrait amener Bertrand Malquier  et ses amis à renvoyer le Département dans ses compétences et  promouvoir, en toute logique, et à tout le moins, l’abstention. Ce serait, de sa part, cohérent et courageux. Ne dit-on pas que c’est ce qui manque à notre classe politique? Au fait, qu’en pense Didier Mouly?

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    Ingrid

    |

    Il est évident – sans que ce soit forcément et à priori “un couac” – que B.Alquier est plus “politique”.

    D’autres ont pu réagir en Maires.

    Faudra voir plus tard si ça se retrouve sur d’autres sujets.

    Reply

  • Avatar

    flamantroseenchaine

    |

    M. Malquier est le vrai maire de Narbonne.
    C’est bien pour cela qu’il a “choisi” son Mouly pour monter à l’assaut de l’Archevêché.
    Mais la marionnette peut prendre vie (n’est ce pas Collodi…) et apprécier son rôle de Maire élu…
    On devrait assister bientôt à d’autres prises de bec de ces oiseaux….

    Reply

  • Avatar

    Elle

    |

    Couac ? Institution arrivée à maturité ? Voire ! les conseilles communautaires arrivent au conseil après une journée de ???? (mystère !) et votent sans écouter, sans comprendre . Ceux de la majorité votent toujours pour quel que soit le thème. Pour le public ce n’est pas toujours très clair : le FN siégeant tout seul dans 5 commissions, la ville non participative, des financements pour des ronds point : rien ne réveille la majorité.
    Quant à la compétition Mouly Malquier, elle est soigneusement entretenue et par la presse, et par l’opposition, mais dans quel but ? On n’a pas fini d’en entendre !
    Moi aussi j’attends de voir avec impatience qui va soulever les remarques que soulèveront le financement de la rocade est . (financements passés et à venir). Ce sera surement amusant de vérifier le niveau de sénilité, ou non du grand Narbonne, car on a beau dire, la compétence professionnelle (maîtrise des dossiers) du président laisse vraiment à désirer

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :