Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne et d’ailleurs: Des CCI et des Chambres de Métiers au conservatisme avancé …



IMG_0527.JPG

Décidément, les CCI et les Chambres de Métiers, ici plus qu’ailleurs , ont beaucoup de mal à modifier la carte régionale de leur réseau afin de l’adapter aux nouvelles réalités institutionnelles, d’en rationaliser l’organisation et de faire oeuvre commune dans la diminution des dépenses publiques, en général. Car, il ne faut pas l’oublier, ces organismes sont des établissements publics à caractère administratif dont les ressources sont constituées de taxes affectées (taxes additionnelles à la CFE et à la CVAE : environ 1,35 milliard d’euros ) et de subventions des collectivités, principalement les Régions . De cet immobilisme des élus consulaires, la décision du préfet de la Région Languedoc-Roussillon, de “dissoudre” la Chambre Régionale des Métiers, présidée par monsieur Sylvestre, par ailleurs Président de la Chambre des Métiers de l’Aude, en apporte la preuve. Cet acte d’autorité du représentant de l’État s’imposait en effet face au blocage organisé par les “collègues” de Monsieur Sylvestre, qui ne veulent pas entendre parler de réformes susceptibles d’entraîner la disparition de la leur ou le transfert de certains de leurs moyens au niveau régional. Pour les CCI , et pour les mêmes raisons,leur instance régionale aussi a du mal à se réunir pour présenter une nouvelle version d’un schéma regional, dont le projet serait de les fusionner au niveau départemental tout en renforçant le niveau régional par le transfert de fonctions supports ou/et d’interventions. Bref, pour le minimum de ce que l’on pourrait attendre d’organismes patronaux qui, au plan national, ne cessent de demander aux élus politiques de diminuer les charges de fonctionnement de notre mille-feuilles administratifs, auquel ils appartiennent, les efforts d’adaptation demandés semblent à leurs yeux impossible à réaliser. Chaque Président de Chambre entendant bien, avec son bureau, conserver sa casquette, ses agents et son pouvoir de représentation, en réalité aujourd’hui réduit à sa plus simple expression. Comme celui, par exemple,d’une CCI locale signant une convention avec une “sous-préfet”, relative à un annuaire des zones d’activités, zones qui relèvent pourtant de la seule compétence des communautés d’agglomération, et que j’avais moi même mis en oeuvre au plan régional, sous une forme “numérisée” … dans les années 90 . Il y a quelque chose de pathétique à voir ainsi deux niveaux administratifs devenus obsolètes, s’épauler de la sorte pour tenter désespérément de “persévérer dans leur être” . J’observe aussi que la petite, au sens géographique du terme, classe politique locale, ne brille pas par son courage, elle qui manifeste son soutien à ces revendications d’élus consulaires, qui en disent long sur leur réel désir de dynamiser leur territoire, et d’innover… À l’échelle de ma modeste ville et de ma provisoire région administrative, se donnent ainsi à voir, en un résumé saisissant, certains conservatismes sociaux et politiques, toutes tendances confondues, à l’oeuvre au plan national. Il serait enfin temps de les dénoncer, ici même…

Mots-clefs : , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël aussi. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le même fond "musical[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio