Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Sous la “Com”, les vrais chiffres du chômage…

7776757225_chomage-panneau


La publication des chiffres du chômage, chaque mois, donne lieu à des commentaires toujours partiaux et très souvent partiels. Celle de mars n’échappe pas à la règle. Elle annoncerait, clament tous les médias, ou presque, avec le même titrage, et sur  le même ton, l’esquisse, l’ébauche, le commencement de l’hollandienne “inversion de la courbe du chômage”. L’argument avancé est la baisse, incontestable, des seuls demandeurs d’emploi de catégorie A: -60 000. Les autres, dans les catégories B et C (ceux qui font plus ou moins 78 heures dans le mois), à l’évidence, n’intéressant pas les commentateurs professionnels. Et pour cause, ils ont augmenté: +51 300. Ce qui fait un solde: -9000 ( j’arrondis), il est vrai moins flatteur, et moins  vendeur auprès de l’opinion, des lecteurs et auditeurs de ce pays. Rien là de bien nouveau. Les médias fonctionnent selon les lois de la “communication”: enjoliver ou caricaturer à l’excès. Un phénomène qui se constate aussi dans ma petite ville, mon département et ma région.

Comme dans cet article de l’Indépendant du 29 avril , ainsi titré:  “Aude : le chomâge des jeunes en forte baisse” – je laisse volontairement la faute d’accent, en bonus! Sous lequel on trouve un magnifique bouquet de superlatifs:  “Baisse spectaculaire, surprise, recrutements, progression…”, qui amène notre rédacteur, enivré par son propre enthousiasme, à s’interroger, “philosophiquement” sur un possible “effet grande région”. Oui, oui, sans rire! Mais qu’en est-il en réalité du  chômage dans l’Aude? (1).

D’abord, j’observe que le nombre de demandeurs d’emplois, toutes catégories: A,B et C, diminue sur un mois (-1,1%), mais continue d’augmenter sur un an (1,4%). Ensuite, je note que, dans cet ensemble, sur un an toujours, si le nombre de demandeurs sans emploi baisse (-3,1%), celui des demandeurs qui exercent une activité réduite, courte ou longue, augmente fortement (9,7% pour les premiers, 13,6% pour les seconds). Ce qui signifie que, dans l’Aude, département où le taux de chômage est déjà très élevé, et l’emploi saisonnier fortement représenté, la tendance est à la précarisation de l’emploi. Enfin, je constate une progression de +11%, sur un an, inquiétante à moyen et long terme, mais conjoncturellement favorable pour les bénéficiaires et statistiquement très intéressante pour les pouvoirs publics, des demandeurs d’emplois non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (Catégories D et E). C’est à dire  de personnes en formation, stage, maladie… ou qui bénéficient de contrats aidés. Soit 6000 demandeurs d’emplois qui, pour beaucoup, en  fin d’année 2017 ou 2018, après la présidentielle, risque de passer dans les catégories A,B et C .

Comme on peut le constater, sans besoin de devoir trop insister, la réalité est moins brillante que celle qui nous est donnée à voir et à entendre un peu partout dans nos médias nationaux et locaux. Une dernière remarque enfin tirée de cette brève analyse. Indépendamment des effets de conjoncture, “inverser la courbe du chômage” d’ici la fin de cette année 2016, au plan national, suppose le transfert du plus grand nombre possible de demandeurs d’emploi tenus d’en rechercher (AB et C) un dans la catégorie de ceux qui n’y sont pas tenus (D et E). C’est l’objectif visé par le plan gouvernemental: “500 000 chômeurs, de plus, en formation, en 2016″… L’Aude donne une bonne image, si je puis dire, de cette stratégie…


(1) Demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi dans l’Aude en mars 2016: (ici) Photo d’illustration: RTL2

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveus[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Moderniser la piscine municipale et son Palais des Arts des Sports et du Travail…

Narbonne ! Municipales2020 : Moderniser la piscine municipale et son Palais des Arts des Sports et d

    Il faut bien le reconnaître, le Palais des Arts des Sports et du Travail a toujours fait l'objet d'un rejet esthétique, culturel et politique de la part des élus de droite et de gauche [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio