Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. “J’aime Narbonne” aime Tchatcher?!

     

10494848_532312536892104_1404217804705636393_nIl fallait aller la chercher celle-là! Se plonger dans les commentaires de la page Facebook de “J’aime Narbonne” pour y trouver cette perle de Madame Cazilhac, qui fut la candidate suppléante du PS-PRG sur le canton 3, prouve le sérieux avec lequel a été mené par les journalistes de la rédaction du Midi-Libre ce lourd et profond travail d’investigation . Nanou Cazilhac donc, saluant l’arrivée de Catherine Bossis et Hélène Sandragné à la direction exécutive du Département, fait ce commentaire et se fend d’une citation de … Margaret Tchatcher!

Capture d’écran 2015-04-09 à 11.42.42

Un peu comme si Emmanuel Macron citait le Lénine de la Nouvelle Politique Économique pour orner ses discours sur le tournant social-libéral de Hollande et Valls!

Voltaire disait « l’art de la citation est l’art de ceux qui ne savent pas réfléchir par eux-mêmes ». Ce qui fut commenté par un anonyme candidat(e) au Bac, en 2012, par cet involontaire, mais judicieux trait d’esprit : “Par conséquent, je n’utiliserai aucune citation.”

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Elle

    |

    Merci de l’avoir écrit ! J’ai éclaté de rire ce matin en lisant cet entrefilet (au café du coin bien sûr parce que je n’ai pas les moyens de l’acheter ; c’est le prix de la baguette , faut choisir ). Entre ça et le commentaires du commentaires d’un lecteur du Facebook de Nouveau Narbonne, j’ai bien rigolé. On se prend à se demander comment prendre d’assaut ce journal et mettre ses journalistes au travail ?? Soit les départementales les ont mis à genoux, et ils n’ont plus rien à dire, soit leur travail est trop ardu et ils ont besoin de faire les Facebook pour avoir matière à gloser. Quelque soit l’origine de cette phrase, elle valait un traitement plus drôle ou plus fin. Non ? Et qui qu’ait pu être tchatcher, (elle n’était pas de gauche donc avait tout faux bien sûr) le midi libre devrait se rappeler qu’il n’est pas qu’un journal furieusement et insensément à gauche, (vu ce que j’y lis en général) mais un journal tout court !
    Ceci dit j’ai comme un doute en relisant l’article : ce commentaire est peut être un hors sujet. Je vous salue et frémis dans la crainte de découvrir l’avatar qui m’est attribué…
    Bln

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Parfait votre commentaire Elle, c’est bien comme cela qu’il fallait le lire Peu nombreux sont mes lecteurs qui y ont vu une critique ironique de notre presse locale… Merci beaucoup !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :