Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne : la Ville serait-elle en faillite virtuelle ?

  Narbonne_panorama        

J’ai volontairement attendu jusqu’à ce jour pour  apporter quelques légères modifications de forme à ce billet consacré à la dernière réunion du conseil municipal. J’y  assistais ! J’espérais , en effet, qu’au terme d’une semaine , de diverses sources, un peu plus de lumière me serait apportée sur le point le plus important de son ordre du jour, à savoir la présentation du compte administratif 2013 .

Pour le reste , et notamment les postures et joutes qui constituent la toile de fond de toute assemblée de ce genre, certes intéressantes en ce qu’elles exposent des caractères et des qualités d’expression, je n’en dirai mot . Plus tard peut-être ! 

C’est donc madame Emma Bellotti-Lascombes qui s’est chargée , avec sobriété et élégance , de ce grand classique exposé consistant, pour une nouvelle majorité , à faire la preuve d’une situation financière laissée par l’équipe municipale précédente forcément catastrophique . C’est ainsi que , courbes et camemberts à l’appui, la déléguée aux finances a pointé “la baisse des investissements de 10 %, la hausse des frais d’études de 35 %, l’augmentation de la dette à 58,5 millions d’euros, l’augmentation de la masse salariale de 47 %, des frais de cérémonies en hausse de 87 %” et  “des dépenses de fonctionnement augmentant toujours plus que les recettes” grevant la capacité d’autofinancement de la commune.  Pour terminer par ce constat affligeant, après avoir cependant précisé qu’elle avait ” retraité ” le chiffre de 7 millions d’euros, si j’ai bonne mémoire, annoncé par le maire précédent, qu’il ne restait plus que 750 000 euros, contre 9 millions en 2008 ! Et de rajouter , coup de tonnerre qui n’a visiblement pas étonné les journalistes présents, qu’en 2014 , cette capacité d’autofinancement serait même négative .

Je ne vais pas, ici, relever point par point les erreurs d’interprétations , volontaires ou pas , comme la pertinence de ne retenir que l’année 2008, la dernière année de l’équipe battue par J. Bascou, comme seul référent financier de bonne gestion. Ce serait trop long et trop fastidieux.

Ce qui m’amène à m’interroger, avec inquiétude, sur cette “fonte” aussi brutale que cataclysmique en une seule année . Si j’en crois les chiffres de madame Bellotti-Lascombes, évidemment . Car si ces 750 000 euros sont exacts et en brut, ce qui n’a pas été précisé, il faudrait , lors du prochain budget rectificatif diminuer les dépenses d’un montant équivalent pour seulement rembourser les dettes et geler tous les investissements !… Et, l’année suivante , avec un autofinancement négatif , augmenter massivement les impôts , diminuer drastiquement les dépenses de fonctionnement et ne pas investir ou petitement … pour éviter la faillite !

En est-on vraiment là ?

En attendant des réponses précises à ces questions, le certain est que , dans la situation financière très dégradée dans laquelle se trouve l’ensemble de nos administrations publiques, l’heure , pour les 15 ans qui viennent , est à la diminution des dépenses publiques de fonctionnement certes, mais aussi d’investissement. Finie  en effet l’époque des investissements de prestige ; l’heure est à ceux d’intérêt et d’utilité prioritaires pour l’ensemble de nos concitoyens.

Pour en revenir aux affaires municipales, quand , dans notre ville, des kilomètres de trottoirs sont à refaire, des quartiers entiers, comme celui de Bourg, à rénover en profondeur et des aménagements structurants , comme le prolongement des Barques jusqu’au Théâtre, à réaliser , notamment, on ne  fait pas , ou plus , d’une salle polyvalente à 15 millions d’euros et à près de 2 millions de fonctionnement par an une priorité … Et prétendre encore , contradictoirement,  réduire les dépenses de fonctionnement pour reconstituer de l’autofinancement …

On l’admettra facilement, et sans me faire le procès  de n’en faire que d’intention envers l’actuelle équipe municipale, que le temps de la clarté sur les véritables chiffres du budget de la Ville est venu , comme celui des choix engageant l’avenir qui seront ensuite  effectivement faits … Qui peut se contenter en effet de la situation actuelle où on entend et lit tout et son contraire ?

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

        Les communistes narbonnais ont le sens des symboles. Et c'est en plein wek end de l'Assomption qu'ils viennent de délivrer publiquement leur évangile politique en vue [Lire la suite]
Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

      Lettres à Louise Colet : Extraits sur la Beauté, l'Art "Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leu[Lire la suite]
Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentations les plus simples des sciences du climat…

Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentat

    Très intéressant article de Sylvestre Huet : "Climato scepticisme et médias : la duperie".  Dans une première partie, il y est montre, en s'appuyant sur les travaux de trois jeunes ch[Lire la suite]
Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le bonheur des petits poissons".

Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le

      À ce moment, je fus frappé d'une évidence qui ne m'a plus jamais quitté depuis : les vrais philistins ne sont pas des gens incapables de reconnaître la bea[Lire la suite]
Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

  Des députés sont nommément désignés, dénoncés, et leurs permanences parlementaires défoncées, murées. Leur crime : avoir « mal voté ». Cet été, le CETA ; demain, la loi sur la Sécurité Sociale [Lire la suite]
Dans la rubrique "Faits divers", des titres à se tordre…

Dans la rubrique "Faits divers", des titres à se tordre…

C'est dans les titres de la rubrique "Faits divers" des journaux de province que l'on trouve des merveilles d'humour. Les préposés à ces rubriques y lâchent parfois quelques beaux traits d'esprit — d'[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio