Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne : nos élus et l’avenir du Département de l’Aude

La fin des Départements – non pas la circonscription administrative de l’Etat, qui restera, mais la collectivité territoriale – est donc fixée en 2020. La droite parlementaire ayant annoncé qu’elle ne voterait pas  la révision constitutionnelle  nécessaire pour supprimer cette tranche du mille-feuilles en 2014 ou 2015, la stratégie du gouvernement, s’il décide de poursuivre la réforme territoriale programmée, consiste à transférer toutes les compétences des Départements , à l’exclusion du bloc social , aux futures grandes Régions . Le devenir de ce bloc social , quant à lui, serait scellé en 2020 , ou avant ! l’hypothèse d’un transfert aux Caisses d’Allocations Familiales étant sur la « table »…  Parallèlement, les compétences et les périmètres des intercommunalités  seraient étendus, et leur coordination assurée par un conseil départemental.

Le schéma est simple et clair ! Mais à la question de savoir ce qu’ils en pensaient , nos élus du département de l’Aude ont répondu –l’Indépendant du 4 juin 2014– de manière confuse et volontairement alambiquée.À l’exception cependant de l’actuel président du Conseil Général , André Viola, de l’ancien, toujours sénateur, Marcel Rainaud, et de Roland Courteau, sénateur lui aussi, hostiles évidemment , par principe et intérêt, à la disparition programmée de ce qui justifie leur existence politique, et qui le disent nettement.

J’aurais aimé , par exemple , que Marie-Hélène Fabre et Jean Paul Dupré, députés PS, ne nous donnent pas l’impression d’ignorer le contenu de cette réforme en laissant entendre un « pourquoi pas ? » assorti de fausses interrogations sur le devenir du bloc social ; que Jacques Bascou, le président du Grand Narbonne, sans barguigner et sans réserves, soutienne cette modernisation de notre dispositif territorial; qu’Emmanuel Bresson, président départemental de l’UMP, ne fasse pas preuve d’hypocrisie en faisant l’impasse sur  l’obstruction parlementaire de son parti , pourtant favorable à la suppression des départements …

Bref, j’aurais aimé que nos élus en accord avec cette réforme prennent leur responsabilité , qu’ils  sortent de l’ambiguïté sur un sujet éminemment complexe. Comme moi, je l’espère toujours, les citoyens attendent d’eux des positions nettes et assumées. Le courage, en politique, n’est pas un vilain défaut ; il est au contraire un devoir impérieux, surtout dans la conjoncture critique que nous traversons où l’image des partis et des élus est très dégradée …

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Grattez un "Vert", et vous trouverez toujours sous sa bucolique rhétorique un matraquage fiscal, ou tarifaire…

Grattez un "Vert", et vous trouverez toujours sous sa bucolique rhétorique un matraquage fiscal, ou

      Cet élu "Vert" héraultais de la majorité régionale constituée par Carole Delga, Christian Dupraz, à raison :  il est plus responsable, d’un point de vue écologique, de re[Lire la suite]
Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :