Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne : nos élus et l’avenir du Département de l’Aude

La fin des Départements – non pas la circonscription administrative de l’Etat, qui restera, mais la collectivité territoriale – est donc fixée en 2020. La droite parlementaire ayant annoncé qu’elle ne voterait pas  la révision constitutionnelle  nécessaire pour supprimer cette tranche du mille-feuilles en 2014 ou 2015, la stratégie du gouvernement, s’il décide de poursuivre la réforme territoriale programmée, consiste à transférer toutes les compétences des Départements , à l’exclusion du bloc social , aux futures grandes Régions . Le devenir de ce bloc social , quant à lui, serait scellé en 2020 , ou avant ! l’hypothèse d’un transfert aux Caisses d’Allocations Familiales étant sur la “table”…  Parallèlement, les compétences et les périmètres des intercommunalités  seraient étendus, et leur coordination assurée par un conseil départemental.

Le schéma est simple et clair ! Mais à la question de savoir ce qu’ils en pensaient , nos élus du département de l’Aude ont répondu –l’Indépendant du 4 juin 2014– de manière confuse et volontairement alambiquée.À l’exception cependant de l’actuel président du Conseil Général , André Viola, de l’ancien, toujours sénateur, Marcel Rainaud, et de Roland Courteau, sénateur lui aussi, hostiles évidemment , par principe et intérêt, à la disparition programmée de ce qui justifie leur existence politique, et qui le disent nettement.

J’aurais aimé , par exemple , que Marie-Hélène Fabre et Jean Paul Dupré, députés PS, ne nous donnent pas l’impression d’ignorer le contenu de cette réforme en laissant entendre un “pourquoi pas ?” assorti de fausses interrogations sur le devenir du bloc social ; que Jacques Bascou, le président du Grand Narbonne, sans barguigner et sans réserves, soutienne cette modernisation de notre dispositif territorial; qu’Emmanuel Bresson, président départemental de l’UMP, ne fasse pas preuve d’hypocrisie en faisant l’impasse sur  l’obstruction parlementaire de son parti , pourtant favorable à la suppression des départements …

Bref, j’aurais aimé que nos élus en accord avec cette réforme prennent leur responsabilité , qu’ils  sortent de l’ambiguïté sur un sujet éminemment complexe. Comme moi, je l’espère toujours, les citoyens attendent d’eux des positions nettes et assumées. Le courage, en politique, n’est pas un vilain défaut ; il est au contraire un devoir impérieux, surtout dans la conjoncture critique que nous traversons où l’image des partis et des élus est très dégradée …

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio