Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne: Petites “folies” autour de Sportfolio…

imgres

On se souvient peut-être que, pour des raisons tenant à de vagues considérations de salles indisponibles, d’une part, et au caractère affirmé des organisateurs de ne point changer leur programme, d’autre part, le festival de la photo de sport “Sportfolio” avait été scandaleusement annulé, selon l’opposition municipale, simplement reporté pour la nouvelle municipalité conduite par Didier Mouly, et, bien évidemment, pour les promoteurs de cette expo, sous d’autres cieux assurément exporté.

Mais voilà que nous apprenons en “Une” que tout serait miraculeusement rentré dans l’ordre, toutes les parties se confondant désormais dans une seule, belle et bienveillante volonté. Sur le papier et les photos de nos journaux!… Patrick François, qui n’oublie pas que son canton est menacé en mars prochain, claironne le soutien inconditionnel et financier du Département sur une “compétence” qui n’est pas la sienne; Nicolas Sainte-Cluque, en chef de l’opposition municipale, propose benoîtement de rallonger la subvention de la Ville de Narbonne, comme si cela naturellement et sans discussions se justifiait; les organisateurs, eux, font évidemment monter les enchères en présentant des “retombées économiques” modestement évaluées – pourquoi donc n’ont-ils pas arrondis? – à 600 000 euros pour la narbonnaise et les narbonnais; tandis que Didier Mouly, qui veut optimiser, selon son dire et ses écrits, son budget sans augmenter d’un sou les impôts, lui, en attendant d’être au clair, sur ces photos, fait des économies de bouts de chandelles en n’offrant plus, pour les fêtes de fin d’année, qu’une seule friandise à ses administrés âgés. Je n’ai évidemment rien à dire sur la qualité de cette initiative festivalière, sinon qu’elle mérite d’être reconduite, en effet. Mais, il me faut l’avouer, ces roulements de tambours et toute cette démagogie, ne font que m’agacer. Et très sérieusement! D’ailleurs, si j’osais… Le seul que je n’ai pas encore entendu sur ce sujet, l’aurais je zappé?, est le président du Grand Narbonne. Il a raison! Qu’il se taise, qu’il se taise pour raison garder!

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio