Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Un chantier kafkaïen!…

  CollageIt  
 

Quel étrange chantier tout de même que cette réfection des trottoirs devant l’école de Bourg, surtout. Il y a quelques jours, y passant devant, je me réjouissais, admirant la belle courbe dessinée par la bordure en pierre les délimitant,  du généreux espace ainsi offert aux piétons et parents d’élèves nombreux en cet endroit à attendre leur sortie de classe. Jusqu’à ce que je constate, ce dernier dimanche, que la dite bordure avait été cassée et, de ce fait, la petite esplanade piétonnière réduite à sa plus simple expression au profit de places de stationnement en épis, en cet endroit de surcroît dangereuses pour leurs éventuels ou futurs utilisateurs. Erreur du maître d’œuvre constatant qu’avant travaux elles existaient, mais alors judicieusement aménagées en longueur, ou changement de point de vue du maître d’ouvrage, je n’en sais évidemment rien. Mais le résultat, d’un comique involontaire ou d’un sabotage inconscient, est que sur le trottoir résiduel, si je puis dire, on ne pourra plus ou presque y circuler. Un bel et robuste platane y trône en plein milieu d’une ridicule largeur, réservant ainsi  la circulation, à la file indienne, des bipèdes que nous sommes, à des “volumes” disons étroits, et l’interdisant, à coup sûr, aux personnes handicapées montées sur chaises, comme aux engins à quatre roues, ou plus, poussés par des parents véhiculant leur progéniture.  Je ne suis même pas sûr que, les travaux finis, on y puisse tirer un caddie… Quant au croisement en cet endroit de  l’une ou l’autre de cette catégorie d’humains, je laisse à l’imagination de chacun d’en tirer les conséquences. Comme j’exclus l’abattage de ce splendide platane centenaire, qui n’a rien demandé à personne, et en tout  cas pas cette aberrante composition urbaine, ne resterait donc pour éviter tous ces aléas circulatoires et piétonniers, qu’un déport des  intéressés sur la chaussée du boulevard adjacent, très fréquentée par les véhicules à moteur de toutes sortes. Pour finir, fatalement, avec un taux de probabilité très élevé, aux urgences de l’hôpital heureusement très proche. Bref, j’en appelle ironiquement à la “raison municipale” pour sortir de ce kafkaïen chantier, au risque que son dépositaire, avocat toujours en exercice du “Château”, soit envoyé devant le “tribunal des piétons anonymes  enragés”…

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Serge CONTARD NARBONNE

    |

    Et c’est sans compter sur l’accessibilité des commerces et bureaux de cette rue, complétement oubliés par la mairie de Narbonne. Les personnes âgées et les handicapés marcheront dans la terre et les ornières, faute de mesures adéquates.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :