Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Un nouveau logo et un nouveau slogan, pour quelle image de la Ville?

Pourquoi donc une nouvelle identité graphique, me demandait un ami, ce matin? Parce qu’il est dans la nature d’une nouvelle majorité de faire oublier celle de ses prédécesseurs, lui répondis-je. De marquer, si je puis dire, son territoire. Son territoire symbolique. Et à l’agence de communication  retenue de traduire au mieux les attentes et désirs de son commanditaire en langage couleur et typographique, notamment. Le résultat est donc toujours une prise de décision politique, après que de nombreux aller-retour entre communicants, élus voire proches collaborateurs d’élus, aient eu lieu. Alors, que nous disent, ou plutôt, soyons rigoureux, que me suggèrent ce « nouveau logo et ce nouveau slogan » présentés à la presse et aux narbonnais par Jean Paul César, l’adjoint au maire chargé de la communication? Tout d’abord, dans la version exposée par voie de presse, une impression générale d’immuabilité, de fixité, de stabilité (l’effet de la couleur dominante: un bleu-roi fondu, une couleur froide, par opposition aux chaudes, et très chargées symboliquement, que sont le jaune, l’orange et le rouge), qui, en soi, n’est pas forcément négative.

Capture d’écran 2015-12-17 à 18.53.58

Mais un « climat », une ambiance visuelle loin de l’idée habituelle que l’on se fait d’une ville  méditerranéenne « au ciel toujours ensoleillée ». Un  « climat » encore plus marqué dans la version ci-dessous où le fond gris nous entraîne irrésistiblement vers des paysages et lumières du Nord de l’Europe. L’insigne (le blason de la ville modernisé) placé au dessus de la « marque »: Narbonne, pointe tournée nécessairement vers le bas (vers la terre!)  accentue ces effets.

logo Narbonne  

Deux mots enfin sur le slogan: « Au coeur des possibles ». Ambigu, il signe un état, des virtualités, un présent en puissance. En bien … ou en mal! Finalement un ensemble assez cohérent. Mais un ensemble qui manque de dynamisme, d’énergie, d’ardeur. J’observe au passage que c’est aussi le titre d’un ouvrage d’un nommé Gabriel Gagnon. Gagnon! Curieuse coïncidence… Bref, pour tout dire, je ne suis guère convaincu par cette « image » de notre Ville, que je trouve bien peu lumineuse, attractive… Mais je conçois que l’on puisse penser différemment!

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (10)

  • Avatar

    Alphonse Martinez

    |

    Ils n’ont pas grand chose à faire dans cette Mairie .Il est vrai que le problème N°1 en France c’est l’emploi . Cette information n’est pas encore parvenue jusqu’aux oreilles de nos élus . En parlant d’oreilles devinez à quoi je pense.

    Reply

    • Avatar

      Bernard-Mery de Vargas

      |

      Certes, mais que peut un maire pour résoudre le problème du chômage? Sauf embaucher massivement du personnel municipal dont il ne faut pas oublier qu’il est rémunéré par nos forts chers impôts locaux.

      Reply

    • Avatar

      Alphonse Martinez

      |

      Un Maire intelligent qui connaît l’économie de sa ville peut faire beaucoup pour l’emploi. Je veux dire pour l’emploi productif et pas le copinage . Exemple ces 40 000€ gaspillés pour cette stupide idée de l’écusson auraient permis de créer quelques emplois en aidant utilement de jeunes entreprises à fort potentiel . Mais en matière d’emplois ils sont incompétents ; comment pourraient-ils l’être il n’ont jamais travaillé ou du moins ils n’ont pas eu â postuler , il ne savent que militer ou s’installer confortablement dans l’occupation reçue en héritage . Vrai ou pas ???

      Reply

  • Avatar

    Bernard-Mery de Vargas

    |

    Quelle belle, poétique et lumineuse analyse… effectivement il pourrait être celui d’une ville scandinave.
    C’est sûr que ce n’est pas moi qui vais critiquer le choix de la forme (blason) et sa couleur (bleu roi) mais à garder un blason, celui -officiel- de la ville convient tout autant. Quand « au cœur » là aussi je ne hasarderais pas à quelconque critique. Cependant 10000€ pour cela et le remplacement plus ou moins rapide de tout ce sur quoi l’ancien logo est apposé me semblent des coûts inutiles en ces jours de disette.
    Je promet donc, si d’aventure j’était un jour élu, de ne point en changer ;-)

    Reply

  • Avatar

    dumenoy

    |

    tout à fait d’accord avec votre analyse : ce logo est affreux et triste! il ne reflète en aucun cas notre belle ville

    Reply

  • Avatar

    Fred11

    |

    Bonjour Mr Santo,
    Sauf erreur, il me semble me souvenir que lors de la campagne des municipales, NN avait fustigé les dépenses de communications ‘’pompeuses’’ de la précédente équipe. Notamment l’existence de deux revues et promis de rationaliser (économiser) tout cela, avec la suppression de l’une d’elles.
    Finalement on dirait qu’il n’en est rien.
    Quel va être le cout de remplacement de tous les supports ayant l’ancien logo en plus des frais de développement du nouveau ?
    Finalement mieux vaut garder l’armoirie d’origine.

    Bonnes fêtes quand même

    Reply

  • Avatar

    Fred11

    |

    Je me rappelle aussi certains slogans des années 80/90s très (trop) … présomptueux.
    ‘’Narbonne, carrefour de l’Europe du Sud’’ ou ‘’J’aime cette ville, elle a du punch’’ … sans commentaires ni réalités dans les faits

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Trois titres, trois représentations du monde…

Trois titres, trois représentations du monde…

Ce quotidien est le plus lu dans les Départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Trois éditions les couvrent : Carcassonne, Narbonne et Perpignan. Trois éditions et trois pages de "Une" : t[Lire la suite]
No thumbnail available

Deux heures loin du bruit et du désordre "mondain"…

Hier matin, longue marche de la passerelle entre Deux Villes jusqu’à l’écluse de Raonel. Deux heures d’efforts physiques et de quiétude morale. Ou plutôt de distance intellectuelle avec le bru[Lire la suite]
Salauds de riches, va !

Salauds de riches, va !

Notre-Dame de Paris. Et puis Zut, zut ! Encore plus salauds que je l'imaginais ces riches. Ils continuent leur mercantile et immorale pub en renonçant, après leurs dons, à leurs déductions fiscale[Lire la suite]
La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

Didier Mouly « la trouve saumâtre », cette avarie financière dans le projet d’aménagement du Grand Castelou : un site remarquable situé  dans un espace protégé en bordure du canal de[Lire la suite]
Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Tant de choses paraissaient dérisoires devant le spectacle effrayant de Notre Dame de Paris en feu, hier soir, jusqu'à tard dans la nuit ; une nuit sans fin de noires pensées et de gorges nouées. [Lire la suite]
À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

le 4 avril, l’hebdomadaire L’Obs publiait une tribune signée par Mame-Fatou Niang et Julien Suaudeau, intitulée « Banalisation du racisme à l’Assemblée nationale : ouvrons les yeux ». L’objet de l[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :