Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique du Comté de Narbonne.

Hôtel de Ville de Narbonne

Hôtel de Ville de Narbonne

Vendredi 26 octobre de l’an 2012.

Mon oncle !

Il est des hasards de lecture… providentiels. Sur mon bureau, traîne, depuis mardi, la page 2 du Dépendant entièrement consacrée, si je puis dire, à la guerre des deux prétendants, pour l’heure, au fauteuil de Labatout, à côté de laquelle est ouverte cette lettre surlignée de Saint Paul aux Ephésiens : « …ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez à cœur de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. » Eh bien, ces deux là, mon oncle : Lemaillet et Molly, ne sont pas prêts à entendre ces sages paroles du génial Apôtre. Comme on dit dans les réunions dînatoires orchestrées par ton ami de la Brindille, entre magrets et cigares : « ça tombe ! ». Dans cette page deux donc, pour y contrer un Lemaillet au nœud de cravate trop serré sur un col italien trop ouvert, Dédé Molly y fait figurer Gourdès, son porte arbalète coiffé à la Tintin et armé d’un gourdin. Ce bonhomme, sous des airs pépères de précepteur à la retraite, éprouve à l’encontre du  couple que formaient alors Lemaillet et Lemonyais quand ils dirigeaient les affaires du Comté, une  vive agressivité. Il cultive le sentiment d’avoir subit leur mépris quand, à leurs côtés, il participait à sa gestion et en garde, depuis leur séparation, un profond et durable ressentiment. Nonchalant d’allure et de parole, sa plume peut être cinglante; dans cette page du Dépendant, elle renvoie le « parti oxygéné » à une affaire familiale spécialisée dans l’élaboration de « soupes à l’union…insipides et indigestes », entre autres gracieusetés culinaires. Autant dire que l’esprit des lieux, loin des tendres vertus évangéliques, barbotte plutôt dans d’aigres méchancetés politiciennes, mon oncle! Comme tu peux le constater, on est loin des conseils prodigués par l’apôtre des gentils ! Il est vrai que dans ce vaste champ de l’intrigue tout se cultive ; la vanité surtout, y compris celle des sots, la seule faute qui soit risible, dit ton ami Henry. Rions donc, mon oncle ! Bonne nuit…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Cette année, Michel Py m'a gentiment adressé (comme il le fait régulièrement à chaque rentrée littéraire) le dernier roman de Philippe Jaenada, "La Serpe"  (éditions Julliard), présenté en avant-prem[Lire la suite]
Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]