Contre-Regards

par Michel SANTO

Combattre l’antisémitisme, sans honte , sans haine et sans peur …

sarcelles_0

À chaud, ces quelques mots. Pour exprimer ma honte et ma peur! Ma honte et ma peur devant tant de haine et de violences  orchestrées contre les juifs de France aux motifs d’une guerre qui ne nous concerne en rien; ma honte et ma peur quand fusionnent dans les manifs des fanatiques rouges et verts au nom d’une politique d’Etat qui n’est pas la nôtre ; ma honte et ma peur quand s’en détachent les plus fous d’entre eux pour s’attaquer aux synagogues et aux commerces de Sarcelles , après qu’en France et à Toulouse on ait tué des juifs parce que juifs , s’en souvient-on encore ? Ma honte et ma peur, disais je , comme autant de raisons pour me battre sans état d’âme contre cette plaie de l’antisémitisme qui suinte dans nos banlieues et qui ne cache plus son nom ; me battre encore et toujours enfin contre cette lâcheté de nos élites qui trop longtemps l’ont tue pour que leurs auteurs ne désespèrent point de la République…

Rien  de cette guerre entre Israël et le Hamas ne justifie les actes commis envers la communauté juive de France. Rien, absolument rien ! Le temps est donc venu de nommer sans fards et sans pincettes  ce nouvel antisémitisme qui gangrène les esprits et nos banlieues .Pour le combattre enfin et toujours, sans honte, sans haine et sans peur…  

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio