Contre-Regards

par Michel SANTO

Conte de Noël: Les fées …

 
220px-SophieAndersonTakethefairfaceofWoman

Huile sur toile, Sophie Anderson (1823 – 1903), collection privée. Londres.

  Ouverture:

Ce Noël-là, le froid s’était abattu. La Bretagne était un oursin mauve et blanc, hérissé de glace. La houle torturait l’océan. Le vent sifflait, coupé par l’aiguille des pins. Les rafales froissaient la lande, battaient au carreau. Le ciel ? En haillons. Des cavaleries de nuages chargeaient devant la lune. L’eau de l’abreuvoir avait gelé. C’était rare, chez nous. La ferme était bâtie au bord d’un talus surplombant la plage de Lostmac’h. Sur le côté du chemin, un menhir montait la garde depuis six mille ans. Le jour, la mer emplissait les fenêtres percées vers l’ouest. La nuit, il faisait bon écouter le ressac à l’abri des murs de granit. La satisfaction de contempler la tempête par la fenêtre, assis auprès d’un poêle, est le sentiment qui caractérise le mieux l’homme sédentaire, qui a renoncé à ses rêves. Au-dessus de la porte, l’aphorisme de Pétrarque gravé dans le linteau renseignait le visiteur sur notre idée du bonheur : Si quis tota die currens, pervenit ad vesperam, satis est.

Nous étions dix convives à la table du réveillon : Pauline, moi et les nôtres. Les uns, comme Alan et Morgane, étaient venus de Brest, les autres vivaient sur la presqu’île. Nous avions éteint les lumières et flottions, un peu ivres, dans la lueur des bougies. À travers les bouteilles vides, les flammes projetaient leurs grimaces sur les murs nus. Parfois, un reflet dessinait une silhouette, fugace, tremblante. — L’ombre des fées… dis-je. — Moi, j’y crois ! dit Pauline.

Final:

Nous étions sur la grève à mi-chemin entre nos deux bâtisses et à quelques dizaines de mètres de l’estran. On voyait distinctement l’endroit où Pierre était tombé. Le corps avait creusé le sable. De là partaient deux traces parallèles, rectilignes, qui filaient vers la maison de notre ami. C’étaient les pieds de Pierre qui avaient traîné dans le sable et creusé leur double griffe pendant qu’on le soutenait. Il n’y avait nulle autre empreinte. Aucune trace de ceux qui l’avait porté. Et Pierre, éperdu, regardait ce sillon pendant que la houle s’écroulait sans répit.


Extrais de: Tesson, Sylvain. « S’abandonner à vivre. »

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Nathalie MP

    |

    Cher Michel, je vous souhaite un très joyeux Noël 2015 et une année 2016 pleine de belles aventures de blog !
    Bien à vous,
    Nathalie MP

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Merci Nathalie! Bonne veillée de Noël à vous aussi, et à bientôt de vous lire, toujours avec plaisir, et profit…
    Michel!

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Bruxelles, formes d’une ville en forme…

Bruxelles, formes d’une ville en forme…

    Marie Demunter et Laurent Bonneau publient Bruxelles, un livre de photos et dessins dont le sujet est la capitale de la Belgique et de l’Europe. On avait déjà vu Laurent Bonneau[Lire la suite]
Narbonnaise : Quand des "dindons de la farce" posent un vrai problème de ménagement du territoire !

Narbonnaise : Quand des "dindons de la farce" posent un vrai problème de ménagement du territoire !

    Un membre actif du collectif baptisé “les dindons de la farce” m'a adressé un courriel pour m'informer de leur opposition à l'implantation d'une prison et d'une aire réservée aux "ge[Lire la suite]
À quoi bon 120 journalistes "accrédités à l’Elysée" !

À quoi bon 120 journalistes "accrédités à l’Elysée" !

      J'apprends à la lecture de la Matinale du journal (de référence !? l'est-il encore, vraiment ?) qu'Emmanuel Macron avait fini par accepter l’invitation de l’association de [Lire la suite]