Contre-Regards

par Michel SANTO

Coup de gueule sur cette campagne marquée par un “obscur désir d’une Le Pen à l’Élysée” !


Que de haine dans cette campagne électorale ! J’avais prédit qu’elle serait d’une grande violence, mais j’étais loin d’imaginer un tel torrent quotidien d’attaques, de coups bas, de trahison, d’insultes ; de procès en tout genre : judiciaire, moral, en incompétence, diffamation ou mauvaises mœurs ; de concerts de casseroles, de féroces sifflets, de bousculades enragées ; de jets d’œufs, d’injures ; de rumeurs… par vagues sans cesse grossissantes sur les réseaux sociaux, chaînes d’informations, etc. Chaque minute de tous les jours qui passent, un roulis irrépressible entretenu par des médias – qui s’en repaissent, comme s’en goinfrent aussi ceux qui en privé s’en désolent – en état d’ivresse  concurrentielle ; une déferlante insupportable de passions mauvaises. Qui ne voit que cette orgie ne profite qu’à une sorte d’individus et de clan : celui dont la politique se nourrit de ce fond de haine quotidien. De haine de tout :  de l’autre, du voisin ; de l’État, des juges ; des patrons et des énarques ; du Monde et de l’ Europe ; sans compter celle de soi.  Une guerre des mots au paroxysme de la bêtise, de l’imposture et de l’hypocrisie qui affecte – infecte! – tous les partis en compétition. Tous, à l’exception de celui de Marine Le Pen, qui ne vit et ne s’alimente que de cette débauche de turpitudes – y compris celles dont elle est l’objet. C’est cela que nous voulons ? – sans oser le dire… C’est cette jouissance morbide d’une Marine Le Pen trônant à l’Élysée, ces  petits frissons quotidiens que secrètement nous désirons – tout en les repoussant ? Une perversion de l’esprit révulsive qui jamais comme aujourd’hui ne m’a paru aussi évidente…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Dengis

    |

    Votre dessinateur se trompe de personnage, question enc…le citoyen, d’autres têtes de pipe pourraient
    bien mieux convenir…voyez qui je veux dire…

    Reply

  • Avatar

    Kaori

    |

    Tout à fait d’accord avec vous Michel Santo.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

  Cette page (84 et 85) de Jean Cau dans "La Grande prostituée (Traité de morale II)" publié à la Table Ronde en 1974. Jean Cau qui, dans cet ouvrage, annonce les "Exorcismes spirituels" de [Lire la suite]
Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

        Les communistes narbonnais ont le sens des symboles. Et c'est en plein wek end de l'Assomption qu'ils viennent de délivrer publiquement leur évangile politique en vue [Lire la suite]
Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

      Lettres à Louise Colet : Extraits sur la Beauté, l'Art "Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leu[Lire la suite]
Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentations les plus simples des sciences du climat…

Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentat

    Très intéressant article de Sylvestre Huet : "Climato scepticisme et médias : la duperie".  Dans une première partie, il y est montre, en s'appuyant sur les travaux de trois jeunes ch[Lire la suite]
Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le bonheur des petits poissons".

Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le

      À ce moment, je fus frappé d'une évidence qui ne m'a plus jamais quitté depuis : les vrais philistins ne sont pas des gens incapables de reconnaître la bea[Lire la suite]
Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

  Des députés sont nommément désignés, dénoncés, et leurs permanences parlementaires défoncées, murées. Leur crime : avoir « mal voté ». Cet été, le CETA ; demain, la loi sur la Sécurité Sociale [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :