Contre-Regards

par Michel SANTO

Cultures.D’Oc: Il faut reconstruire l’ Hacienda…

L’Hacienda, orthographiée avec la cédille, désigne le mythique club ouvert en 1982 à Manchester, qui fit émerger la techno et la house music en Europe. Fermée en 1997, elle fut détruite en 2002, mais reste une indépassable référence pour la pop culture.

Le MRAC de Sérignan a décidé de rendre hommage à l’imaginaire de l’Haçienda en invitant l’artiste montpelliérain Bruno Peinado, dont c’est la première exposition solo dans le Sud de la France.

Peinado partage l’espace du MRAC avec La Promenade, une sélection d’œuvres du Centre National des Arts Plastiques.

La Promenade réserve de très belles surprises. Je retiendrai pour ma part l’impressionnante série Canary de l’allemand Carsten Höller, où l’artiste a photographié des oiseaux, des canaris étranges qu’il a lui-même élaboré par croisement, modifiant leurs caractéristiques physiques. Une œuvre techniquement magistrale, mais inquiétante et dont vous avez du mal à vous décrocher.

Dans la seconde partie du parcours, on retrouve Bruno Peinado tout à la fois peintre, modeleur, scénographe. Pour cette expo ambitieuse (saluons le travail de la commissaire Sandra Patron), il a créé des œuvres qui par leur (fausse) simplicité, leur côté facétieux, bricolé, évoquent l’univers des productions enfantines. Un charme palpable relie toutes ces œuvres qui bien que réparties dans cinq espaces, semblent n’en constituer qu’une seule

Il faut reconstruite l’Hacienda, c’est jusqu’au 9 octobre au MRAC de Sérignan, et gratuit tous les dimanches dès 15h00. Un passionnant programme de conférences est associé à l’exposition. Et pour ne rien gâcher, l’accueil du MRAC est toujours irréprochable et convivial.

Il existe une bibliographie pour ceux que l’histoire du club intéresse. Je conseille le très beau Rêves Syncopés de Laurent Bonneau et Mathilde Ramadier (ed Dargaud), qui raconte les débuts du célèbre DJ Laurent Garnier à Manchester.

Côté photo, le prix Jean Dieuzaide a été remis cette année au photographe Narbonnais Ulrich Lebeuf, photographe de presse, directeur artistique du festival MAP Toulouse. Photographe intense et exigent, Ulrich Lebeuf est insuffisamment connu chez nous/lui. Sa série très personnelle Tropique du Cancer sera visible cet été lors des rencontres photographiques d’Arles – Le site des rencontres d’Arles est ici:  (Arles)


 Carsten Höller : Canary (2009)

Carsten Höller : Canary (2009)

Bruno Peinado : Good Stuff, the pleasure principle (2010)

Bruno Peinado : Good Stuff, the pleasure principle (2010)

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Jackie

    |

    Merci Bertrand!

    Reply

  • BDucourau

    BDucourau

    |

    De rien Jackie!

    Reply

  • BDUCOURAU

    BDUCOURAU

    |

    oui en effet

    Reply

  • Sysiphe

    |

    Que de belles perspectives … Dommage par ailleurs que Sportfolio dans un autre genre soit déplacé à Carcassonne… mais bon ce n’est pas loin …

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]
L’ardoise laissée par Sapin à Macron : 10 milliards à rembourser aux entreprises...

L’ardoise laissée par Sapin à Macron : 10 milliards à rembourser aux entreprises...

      Monsieur Piketty se répand dans tous les médias pour dire à quel point la réforme de l'assiette de l'ISF est une "faute historique", quand le sieur Sapin exige, lui, qu[Lire la suite]