Contre-Regards

par Michel SANTO

Dans l’ Aude, on achève et recycle aussi des chevaux de labos !

 

 

Unknown-copie-6.jpeg

 

 

Une société de négoce installée dans les abattoirs de Narbonne serait donc au coeur d’un vaste trafic de viande de cheval. Télés et journaux s’en font l’écho depuis hier matin. Après celui qui mit sur le flanc une entreprise de Castelnaudary , depuis reprise par l’ami Laurent Spanghero, nous voilà donc à nouveau victime de cette malédiction qui présente aux yeux de tous les téléspectateurs notre département en quasi centre national de recyclage de viandes aux origines certifiées peu conformes à la décence commerciale et sanitaire . Nos ancêtres cathares, qui en réalité ne le furent pas, ou pour si peu d’entre eux, et leurs  auto- proclamés successeurs reconvertis dans la réclame institutionnelle, qui eux en font des tonnes en leur nom sur les beautés naturelles et agro-alimentaires de notre douce Aude, doivent se demander, comme nous, qui heureusement ne mangeons pas de cet animal là, par quel diabolique chemin ces chevaux de laboratoires se retrouvent équarris et emballés en ces terres où ne paissent pourtant que de rares et sympathiques ânes . Le plus comique ( jaune ou noir selon le goût de chacun ! ) , dans cette lamentable affaire , est que ce négociant sans scrupule était labellisé « Pays Cathares » pour ses porcs et ses agneaux !  Nos « Parfaits », qui étaient ” végétariens “, doivent se retourner dans leurs fosses tandis que les amateurs de viandes de cheval se demandent s’ils ne vont pas y tomber tantôt. Dans les halles de Narbonne, où je m’attardais ce matin, on dissertait aux comptoirs de bistrots réputés pour la subtilité de leurs commentaires, sur la nature et le nombre de molécules pharmaceutiques absorbées à l’heure dominicale de l’apéro-déjeuner. J’ai même entendu dire , par un habitué  au langage aussi fleuri que son nez, que le pastis  était un puissant antidote naturel à ces malheureux accidents dont la filière agro-alimentaire nous fait régulièrement la navrante surprise. Ce que je veux bien croire après la dixième ” mauresque ” , en faisant toutefois observer à ceux qui , me lisant,     seraient tentés de suivre son ordonnance, qu’une trop grande consommation, même à des fins thérapeutiques, de ce jaune liquide est tout aussi mortelle que celle de viandes avariées . Je plaisante évidemment , emporté que je suis par une colère qui ne trouve pour l’heure d’autre débouché que dans le dérisoire et l’absurde. À l’image d’une société et de ses mœurs qui le sont tout autant…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Blondeau

    |

    Dramatqiue comme  le profit peut  faire faire certaines choses inacceptables aux hommes . D’autyre part pourquoi ne pas envoyer ces chevaux dans des prés  retrouver une libreté
    ?
    Comment devient l’homme ????????????????

    Reply

  • Avatar

    Antoine

    |

    Il ne manquait qu’un scandale supplémentaire pour altérer un peu plus l’image de marque de Narbonne, de l’Aude et du Languedoc-Roussillon, où la situation socialo-économique est déjà
    suffisamment compliquée … Une contre-publicité – gratuite celle-là ! – qui vient, après d’autres, réduire sérieusement la portée des lourdes – et très couteuses, voire pas très
    « claires » – campagnes quasi permanentes d’autosatisfaction des « grands » édiles locaux qui, bien que théoriquement proches du terrain, semblent en fait évoluer totalement
    « hors sol », loin de la réalité !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :