Contre-Regards

par Michel SANTO

Dans l’ Aude, on achève et recycle aussi des chevaux de labos !

 

 

Unknown-copie-6.jpeg

 

 

Une société de négoce installée dans les abattoirs de Narbonne serait donc au coeur d’un vaste trafic de viande de cheval. Télés et journaux s’en font l’écho depuis hier matin. Après celui qui mit sur le flanc une entreprise de Castelnaudary , depuis reprise par l’ami Laurent Spanghero, nous voilà donc à nouveau victime de cette malédiction qui présente aux yeux de tous les téléspectateurs notre département en quasi centre national de recyclage de viandes aux origines certifiées peu conformes à la décence commerciale et sanitaire . Nos ancêtres cathares, qui en réalité ne le furent pas, ou pour si peu d’entre eux, et leurs  auto- proclamés successeurs reconvertis dans la réclame institutionnelle, qui eux en font des tonnes en leur nom sur les beautés naturelles et agro-alimentaires de notre douce Aude, doivent se demander, comme nous, qui heureusement ne mangeons pas de cet animal là, par quel diabolique chemin ces chevaux de laboratoires se retrouvent équarris et emballés en ces terres où ne paissent pourtant que de rares et sympathiques ânes . Le plus comique ( jaune ou noir selon le goût de chacun ! ) , dans cette lamentable affaire , est que ce négociant sans scrupule était labellisé « Pays Cathares » pour ses porcs et ses agneaux !  Nos « Parfaits », qui étaient ” végétariens “, doivent se retourner dans leurs fosses tandis que les amateurs de viandes de cheval se demandent s’ils ne vont pas y tomber tantôt. Dans les halles de Narbonne, où je m’attardais ce matin, on dissertait aux comptoirs de bistrots réputés pour la subtilité de leurs commentaires, sur la nature et le nombre de molécules pharmaceutiques absorbées à l’heure dominicale de l’apéro-déjeuner. J’ai même entendu dire , par un habitué  au langage aussi fleuri que son nez, que le pastis  était un puissant antidote naturel à ces malheureux accidents dont la filière agro-alimentaire nous fait régulièrement la navrante surprise. Ce que je veux bien croire après la dixième ” mauresque ” , en faisant toutefois observer à ceux qui , me lisant,     seraient tentés de suivre son ordonnance, qu’une trop grande consommation, même à des fins thérapeutiques, de ce jaune liquide est tout aussi mortelle que celle de viandes avariées . Je plaisante évidemment , emporté que je suis par une colère qui ne trouve pour l’heure d’autre débouché que dans le dérisoire et l’absurde. À l’image d’une société et de ses mœurs qui le sont tout autant…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Blondeau

    |

    Dramatqiue comme  le profit peut  faire faire certaines choses inacceptables aux hommes . D’autyre part pourquoi ne pas envoyer ces chevaux dans des prés  retrouver une libreté
    ?
    Comment devient l’homme ????????????????

    Reply

  • Avatar

    Antoine

    |

    Il ne manquait qu’un scandale supplémentaire pour altérer un peu plus l’image de marque de Narbonne, de l’Aude et du Languedoc-Roussillon, où la situation socialo-économique est déjà
    suffisamment compliquée … Une contre-publicité – gratuite celle-là ! – qui vient, après d’autres, réduire sérieusement la portée des lourdes – et très couteuses, voire pas très
    « claires » – campagnes quasi permanentes d’autosatisfaction des « grands » édiles locaux qui, bien que théoriquement proches du terrain, semblent en fait évoluer totalement
    « hors sol », loin de la réalité !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

    Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce so[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

  « Narbonne En Commun » (N.E.C) est donc la nouvelle enseigne d’un rassemblement des « forces de gauche » narbonnaises. Des forces qui se limitent, pour l’heure, si on e[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :