Contre-Regards

par Michel SANTO

Dans la nature, il ne s’y parle rien d’autre que notre langue maternelle…



IMG_0465.PNG

Ce texte de Gil Jouanard: La géographie, tout spécialement dans sa dimension géologique, par conséquent topographique, et la météorologie (ou le climat, si l’on préfère ce terme), sont assurément, avec le sentiment amoureux, les substrats nourriciers, sinon fondateurs, de l’élan poétique et de l’expression, le plus souvent écrite, qui en échoit.


Ce que nous désignons sous le terme de “nature” (dont l’initiale est fréquemment écrite en lettre majuscule) n’est en effet rien d’autre que le milieu “naturel” dont toutes les espèces animales, dont la nôtre, sont issues, tributaires et en fin de compte solidaires. Vous aussi bien que le gibbon, moi aussi bien que le lézard, elle aussi bien que la musaraigne, lui aussi bien que le faucheux. La notion de consubstantialité est en la circonstance si parfaitement appropriée qu’il ne serait nullement exagéré ou ridicule d’affirmer que nos liens de parenté avec le Grand Tout minéral et végétal, dont les poètes du Tchan chinois firent le motif quasiment exclusif de leur contre-lyrisme poétique et iconographique, sautent aux yeux de tout expert en contemplation. Allons plus loin dans la réflexion intuitive, et osons affirmer que tout ce Tout, qui nous englobe comme il englobe le granit et le teck, provient d’une seule et même cellule (appelons cela comme cela, même si un mot plus approprié serait peut-être opportun), que nous dirons par conséquent “originelle”, pour ne pas dire, par extrapolation, “maternelle”. Sans doute convient-il de supposer que cette mère le fut par inadvertance, au gré de l’un de ces caprices dont le hasard ne cessé de nous gratifier et trop souvent de nous pénaliser. Et que, depuis toujours, elle se tenait en suspension, infime particule, dans ce vide qui n’est autre que le clone du Grand Rien. Et à ce rien, soudain ou plus sûrement à petit feu, quelque prodige tout aussi hasardeux du grand magma chimique s’employa à donner cette apparence de Grand Tout fondateur et frère ainé à la fois (finalement comme OEdipe fut l’un et l’autre de qui l’on sait ). Des lors, ne soyons pas étonnés d’éprouver si fort cet élan qui nous pousse vers ces proches parents sylvestres, champêtres, herbagers, feuillu, floraux, fruitiers, atmosphériques et météorologiques qui constituent la famille nombreuse de Dame Nature. Nous ne sommes pas seulement chez nous parmi ces enfants naturels : nous en faisons partie, nous en sommes. Il ne s’y parle, sans un seul mot, rien d’autre que notre langue maternelle.

Illustration: jardin Tchan

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio