Contre-Regards

par Michel SANTO

Dans la nature, il ne s’y parle rien d’autre que notre langue maternelle…



IMG_0465.PNG

Ce texte de Gil Jouanard: La géographie, tout spécialement dans sa dimension géologique, par conséquent topographique, et la météorologie (ou le climat, si l’on préfère ce terme), sont assurément, avec le sentiment amoureux, les substrats nourriciers, sinon fondateurs, de l’élan poétique et de l’expression, le plus souvent écrite, qui en échoit.


Ce que nous désignons sous le terme de « nature » (dont l’initiale est fréquemment écrite en lettre majuscule) n’est en effet rien d’autre que le milieu « naturel » dont toutes les espèces animales, dont la nôtre, sont issues, tributaires et en fin de compte solidaires. Vous aussi bien que le gibbon, moi aussi bien que le lézard, elle aussi bien que la musaraigne, lui aussi bien que le faucheux. La notion de consubstantialité est en la circonstance si parfaitement appropriée qu’il ne serait nullement exagéré ou ridicule d’affirmer que nos liens de parenté avec le Grand Tout minéral et végétal, dont les poètes du Tchan chinois firent le motif quasiment exclusif de leur contre-lyrisme poétique et iconographique, sautent aux yeux de tout expert en contemplation. Allons plus loin dans la réflexion intuitive, et osons affirmer que tout ce Tout, qui nous englobe comme il englobe le granit et le teck, provient d’une seule et même cellule (appelons cela comme cela, même si un mot plus approprié serait peut-être opportun), que nous dirons par conséquent « originelle », pour ne pas dire, par extrapolation, « maternelle ». Sans doute convient-il de supposer que cette mère le fut par inadvertance, au gré de l’un de ces caprices dont le hasard ne cessé de nous gratifier et trop souvent de nous pénaliser. Et que, depuis toujours, elle se tenait en suspension, infime particule, dans ce vide qui n’est autre que le clone du Grand Rien. Et à ce rien, soudain ou plus sûrement à petit feu, quelque prodige tout aussi hasardeux du grand magma chimique s’employa à donner cette apparence de Grand Tout fondateur et frère ainé à la fois (finalement comme OEdipe fut l’un et l’autre de qui l’on sait ). Des lors, ne soyons pas étonnés d’éprouver si fort cet élan qui nous pousse vers ces proches parents sylvestres, champêtres, herbagers, feuillu, floraux, fruitiers, atmosphériques et météorologiques qui constituent la famille nombreuse de Dame Nature. Nous ne sommes pas seulement chez nous parmi ces enfants naturels : nous en faisons partie, nous en sommes. Il ne s’y parle, sans un seul mot, rien d’autre que notre langue maternelle.

Illustration: jardin Tchan

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

      Narbonne fut grande, capitale aussi d'une vaste province romaine. Elle ne l'est plus depuis des lustres et ne le sera plus jamais. Ce qui ne l'empêche pas d'honorablement t[Lire la suite]
Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

      Bon ! je ne vais pas en rajouter à la "déferlante" de féroces critiques qui s'abattent sur Laurent Wauquiez depuis sa désormais célèbre conférence donnée dans une "gran[Lire la suite]
Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

      À La fin des années 1970, Tout va mal dans la vie de Paul Auster. Son mariage se déglingue ; l’argent manque, l'inspiration et la force d’écrire des fictions, aussi. Il[Lire la suite]