Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne : le jardin de l’Archevêché .

 
Cloître Saint Just-Saint Pasteur

Cloître Saint Just-Saint Pasteur

Il est des endroits ignorés de la foule où flotte un sentiment de paisible quiétude. On y croise du regard un couple d’amoureux, un homme seul perdu dans ses songes, une jeune maman toute à son enfant… Quelques touristes aussi traversent ce jardin adossé au cloître de la cathédrale Saint Just et Saint Pasteur : comme saisis par la discrète beauté du lieu, leurs pas se font légers sur les allées gravillonnées.

Majestueux, un cèdre y règne au milieu d’un des trois carrés de pelouses bordés de petits buis. Certains soirs de certains jours, le maître des lieux vient à ma rencontre briser sa solitude. Il me raconte sa dernière pêche dans les étangs du narbonnais, m’informe sur les mœurs des rouges-queues et l’évolution de la dernière nichée d’un couple d’éperviers dont on peut apercevoir les tournoiements  au dessus des flèches de la cathédrale. Quand il s’éloigne, pour ramasser quelques feuilles de platanes précocement tombées, on entend le murmure rafraîchissant de la fontaine et le battement d’ailes pressés de pigeons qui viennent s’y désaltérer. Sur cette fontaine, où se lisent les heures, ces mots, en latin : « le temps s’écoule comme l’eau qui coule. » . Dans ce jardin ignoré de la foule, j’y retourne toujours. Comme l’eau à sa source; comme chaque homme venu d’Autrefois…

Texte rédigé le 18 août 2013

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Avatar

    Tyea

    |

    Bonsoir ! De jolis mots et une superbe photo, illuminent un blog, tout aussi sympathique ! Bonne soirée à vous !

    Reply

  • Avatar

    dani7

    |

    Que cela fait du bien de lire ces quelques phrases empreintes de sagesse dégageant une quiétude dont je suis avide .
    Je connais cet endroit et y ai fait quelques photos …
    Merci à vous ,narbonnais !

    Reply

  • Avatar

    Derbré

    |

    Merci, bonne soirée

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Merci à vous de me lire … J’apprécie beaucoup votre oeuvre !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :