Des p’tits cons à l’Assemblée !

       

Di.7.7.2022

La politesse – et la courtoisie – serait-elle l’expression culturelle d’une hypocrisie sociale contraire aux vertus de transparence et de sincérité, comme le proclament certains de nos esprits parmi les plus « libres » et « modernes » ? C’est la réflexion que je me faisais ces jours-ci quand j’eus pris connaissance des réactions et commentaires suscitées par les tenues, comportements et criailleries de députés nouvellement élus à l’Assemblée Nationale sous l’étiquette NUPES. Des députés au paroxysme de leur colère de surcroît au motif que l’ineffable et vulgaire Ciotti exigeait d’eux, et de tous, en réaction à leur acnéique débraillé de petits-bourgeois, le port obligatoire de la cravate dans l’enceinte de la « représentation nationale ». Une cravate qui, selon lui, serait l’emblème républicain par excellence du respect dû aux électeurs et de leurs supposés préférences esthétiques. Qualités symboliques qui, à l’évidence, ne vont pas de soi, Monsieur Ciotti, lui-même, d’ailleurs, ne pouvant prétendre faire un jour la couverture du magazine Vogue dûment costumé et cravaté pour les incarner. Bref ! dans ce débat sur un sujet vital pour notre avenir commun ouvert en pleine canicule, rien ne vaut finalement pour comprendre et oublier cette bêtise et la vulgarité dont nos médias raffolent et que notre temps honore, la lecture de ce splendide texte de Bergson sur la politesse :

« Au fond de la vraie politesse vous trouverez un sentiment, qui est l’amour de l’égalité. Mais il y a bien de manières d’aimer l’égalité et de la comprendre. La pire de toutes consiste à ne tenir aucun compte de la supériorité de talent ou de valeur morale. C’est une forme de l’injustice, issue de la jalousie, de l’envie, ou d’un inconscient désir de domination. L’égalité que la justice réclame est une égalité de rapport, et par conséquent une proportion, entre le mérite et la récompense. Appelons politesse des manières, si vous voulez, un certain art de témoigner à chacun, par son attitude et ses paroles l’estime et la considération auxquelles il a droit. Ne dirions-nous pas que cette politesse exprime à sa manière amour de l’égalité ?La politesse de l’esprit est autre chose. Chacun des hommes a des dispositions particulières qu’il tient de la nature, et des habitudes qu’il doit à l’éducation qu’il a reçue, à la profession qu’il exerce, à la situation qu’il occupe dans le monde. Ces habitudes et ces dispositions sont, la plupart du temps, appropriées aux circonstances qui les ont faites; elles donnent à notre personnalité sa forme et sa couleur. Mais précisément parce qu’elles varient à l’infini d’un individu à l’autre, il n’y a pas deux hommes qui se ressemblent; et la diversité des caractères, des tendances, des habitudes acquises s’accentue à mesure qu’un plus grand nombre de générations humaines se succèdent, à mesure aussi que la civilisation croissante divise davantage le travail social et enferme chacun de nous dans les limites de plus en plus étroites de ce qu’on appelle un métier ou une profession. Cette diversité infinie des habitudes et des dispositions doit être considérée comme un bienfait, puisqu’elle est le résultat nécessaire d’un progrès accompli par la société; mais elle n’est pas sans inconvénient. Elle fait que nous nous sentons dépaysés quand nous sortons de nos occupations habituelles, que nous nous comprenons moins les uns les autres : en un mot, cette division du travail social, qui resserre l’union des hommes sur tous les points importants en les rendant solidaires les uns les autres, risque de compromettre les relations purement intellectuelles, qui devraient être le luxe et l’agrément de la vie civilisée.Il semble donc que la puissance de contracter des habitudes durables, appropriées aux circonstances où l’on se trouve et à la place qu’on prétend occuper dans le monde, appelle à sa suite une autre faculté qui en corrige ou en atténue les effets, la faculté de renoncer, le cas échéant, aux habitudes qu’on a contractées ou même aux dispositions naturelles qu’on a su développer en soi, la faculté de se mettre à la place des autres, de s’intéresser à leurs occupations, de penser de leur pensée, de revivre leur vie en un mot, et de s’oublier soi-même. En cela consiste surtout la politesse de l’esprit, laquelle n’est guère autre chose, semble-t-il, qu’une espèce de souplesse intellectuelle.L’homme du monde accompli sait parler à chacun de ce qui l’intéresse; il entre dans les vues d’autrui sans les adopter toujours; il comprend tout sans pour cela tout excuser. Ce qui nous plaît en lui c’est la facilité avec laquelle il circule parmi les sentiments et les idées ; c’est peut-être aussi l’art qu’il possède quand il nous parle, de nous laisser croire qu’il ne serait pas le même pour tout le monde; car le propre de cet homme très poli est de préférer chacun de ses amis aux autres, et de réussir ainsi à les aimer tous également . Aussi, un juge trop sévère pourrait-il mettre en doute sa sincérité et sa franchise. Ne vous y trompez pas cependant; il y aura toujours entre cette politesse raffinée et l’hypocrisie obséquieuse la même distance qu’entre le désir de servir les gens et l’art de se servir d’eux ».

     

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :