Contre-Regards

par Michel SANTO

Des Universités d’été qui ne servent à rien!

    plantu-pedagogie

Nous sommes en plein dans la période dite des “Universités d’été”. Celles des partis politiques et du Medef. Des “universités” où on n’y dispense aucune connaissance, académique ou pas. Depuis le temps , cela se saurait! Comme dans les Assemblées Générales de celles de Nanterre ou d’Assas,  ne sont mis en scène, en effet, que slogans, clichés, protestations, luttes de clans et de pouvoir. Bref, un théâtre de fin d’été où les ambitions et les ressentiments s’exhibent. Une sorte de “générale” avant la vraie “rentrée politique et sociale”, après celle des écoles, qui, inévitablement, elle, sera chaude, très chaude. Les médias en rajoutent; et nos “acteurs”, chacun dans leur rôle, surjouent; comme d’habitude. Un spectacle désolant de postures et de platitudes, qui ne réjouit et enthousiasme que les premiers rangs des élus, de leurs collaborateurs, et des militants professionnels. Autant dire personne! Si cependant ils pouvaient avoir la bonne idée de voter la grève générale pour les prochaines, je puis les assurer, dès aujourd’hui, de mon indéfectible et inconditionnel soutien…

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    Raynal

    |

    Savez vous que certains d’entre eux se rendent a la même université depuis 30 ans et visiblement restent encore d’éternels étudiants…..? (voir, par exemple leurs chahuts a l’assemblée )…: a cela, peut être trois explications….1 : ils ne travaillent pas assez….2: ils ne sont vraiment pas doués….3: les deux….Mais ça ne fait rien puisque, au bout du compte, c’est nous qui payons….Elever le niveau intellectuel de nos édiles n’a pas de prix….

    Reply

  • Avatar

    Jacques PERRY

    |

    Université d’été du PS, La Rochelle, 29 au 31/08/2014
    Sans-papiers, petits patrons, collectif Palestine, intermittents, cheminots, employés des ponts et chaussées, anti-hyperincinérateur, anti-corrida… Les manifestants cernent l’Université d’été d’un parti socialiste qui n’affiche plus que ses divisions. Arnaud Montebourg ne fait plus que des sorties fracassantes. Le ministre démissionnaire Benoit Hamon mesure le vide et Najat Vallaud-Belkacem, promue à sa place, sa propre popularité. Les leaders des partis de gauche cherchent comment se réinventer. Christiane Taubira (PRG) et Pierre Laurent (PCF) font un tabac, l’une chez les frondeurs, l’autre dans une salle plénière qui n’acclame plus les discours musclés de Manuel Valls. Une fois encore, les plus applaudis ne sont pas socialistes.

    Reply

  • Avatar

    Elle

    |

    Vos articles sont vraiment jouissifs ! Bravo ! ça vaut le coup de parcourir le blog :

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :