Contre-Regards

par Michel SANTO

La “révolte des élites et la trahison de la démocratie” de Christopher Lasch | Contre-regard.com

lasch_la-revolte-des-elites-Copie


Dans “La révolte des élites et la trahison de la démocratie”, publié en 1995,  Christopher Lasch  – C’est le dernier ouvrage du sociologue et historien américain –  écrit ceci:

La démocratie demande un échange vigoureux d’idées et d’opinions. Comme la propriété, les idées doivent être distribuées aussi largement que possible. Pourtant, bon nombre des “gens de bien”, selon l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes, ont toujours été sceptiques quant à la capacité des citoyens ordinaires à saisir des problèmes complexes et à produire des jugements critiques. (…) Le journalisme a été façonné par des réserves assez semblables sur les facultés de raisonnement des femmes et des hommes ordinaires. (…) Ce qui nous rappelle que c’est le débat lui-même, et le débat seul, qui donne naissance au désir d’informations utilisables. En l’absence d’échange démocratique, la plupart des gens n’ont aucun stimulant pour les pousser à maîtriser le savoir qui ferait d’eux des citoyens capables. (…) Une fois que l’on a déclaré que savoir et idéologie étaient équivalents, il n’est plus nécessaire de débattre avec vos adversaires sur un terrain intellectuel ou d’entrer dans leur manière de voir. Il suffit de les diaboliser comme étant eurocentriques, racistes, sexistes, homophobes – autrement dit, politiquement suspect. (…)

Et ceci encore:

De plus en plus, l’information est produite par des gens qui désirent promouvoir quelque chose ou quelqu’un — un produit, une cause, un candidat ou un élu — sans s’en remettre pour cela à ses qualités intrinsèques ni en faire explicitement la réclame en avouant qu’ils y ont un intérêt personnel. Dans son zèle à informer le public, une bonne partie de la presse est devenue le canal tout trouvé de ce qui est l’équivalent de cet insupportable courrier promotionnel qui encombre nos boîtes aux lettres. Comme la poste — encore une institution qui servait autrefois à élargir la sphère de la discussion interpersonnelle et à créer des « comités de correspondance » — elle distribue aujourd’hui une profusion d’information inutile, indigeste, dont personne ne veut, et qui pour la plus grande part va finir au panier sans qu’on l’ait lue.


Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie, Champs Essais, Editions Flammarion, 2007 – Lire aussi la remarquable critique de cet ouvrage signée Nicolas Rousseau en cliquant sur (ici)

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :