Contre-Regards

par Michel SANTO

Dorothéé Royal.



 


«La politique n’est pas un show. Cette vision de la politique axée sur le marketing, qui s’inscrit dans la logique de la publicité commerciale, qui néglige le fond, c’est le genre de cérémonie qui est entre le show business et le rassemblement de secte». C’est Henri Emmanuelli qui le dit en toute fraternité sur les ondes de Radio J. Du droit et en pleine face. Le propos est certes “viril” mais il est vrai que ce rassemblement au Zénith ressemblait plus à un office protestant américain comme seuls savent les organiser les téléévangélistes d’outre atlantique qu’à un meeting politique.Quoique ma première réaction fut plutôt de penser à… Dorothéé. Le côté nunuche et marchande de rêves de Ségolène s’adressant à un public infantile et gentiment hystérisé, peut-être. En pleine tourmente financière j’attendais l’équivalent d’un Pierre Mendes-France pour parler au nom des socialistes et c’est une télépoliticienne qui est venue pour me chanter ” je connais une poupée que l’on a oublié d’aimer “. Quel programme! 

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire