Contre-Regards

par Michel SANTO

Drôle de guerre ! Le directeur de cabinet de Didier Mouly démissionne (Et de deux !)

Après le licenciement de la Directrice Générale des Services de la Ville, c’est au tour du jeune Directeur de Cabinet du maire, monsieur Mandin, en poste depuis septembre 2016, de quitter l’Hôtel de Ville. Hier soir, sa démission pour des raisons strictement personnelles et professionnelles (bien entendu !) a été annoncée aux élus du Bureau Municipal. Dans mon billet d’hier, j’analysais les véritables raisons à l’origine de cette décision très politique concernant madame Umbach. Je ne vais pas y revenir ici, sauf pour en consolider l’analyse, à savoir que la démission de monsieur Mandin me semble être, elle aussi, la conséquence de la guerre ouverte à la tête de l’exécutif narbonnais. Comme pour l’ex-DGS, Bertrand Malquier  s’applique à faire le vide autour de Didier Mouly, à son profit ; et Monsieur Mandin, indirectement et de guerre lasse, en paye le prix. Dans ce contexte, l’air, disons intellectuel, se raréfiant, il préfère (on le comprend !), faire valoir ses compétences de communicant et de sondeur sous des cieux moins chargés en affects (et ambitions) politiques. On se rappelle peut être que son arrivée n’avait pas été très appréciée en son temps par Bertrand Malquier et son « protégé » de l’époque, monsieur Boillot, l’ancien journaliste de Midi Libre, depuis ailleurs ! Et de deux ! serais-je tenté de conclure provisoirement. Son premier cercle (DGS-Directeur de Cabinet) effacé, Didier Mouly se retouve isolé (avec le seul relai du Directeur des Services Techniques)  face à un premier adjoint désormais maître de « l’outil » municipal. Quel sera le prochain épisode de cette « série » à rebondissements digne des feuilletons à suspens produits par Netflix ? Des élus du premier cercle s’en inquiétent, qui brandissent le drapeau blanc. D’autres menacent de « jeter l’éponge » ! Drôle de guerre…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • NAVARRO marie-Josée

    |

    Que je sache c’est Didier le maire, c’est pour lui que j’ai voté, et pas pour Malquier

    Reply

  • fred

    |

    Tous nous savons que Malquier voulait être maire en 2014 mais souffrait d’un manque de notoriété important sur Narbonne, il s’est donc appuyé sur un nom connu, Mouly, et depuis quelques temps il le pousse petit à petit vers la porte, l’échéance de 2020 approchant, pour se présenter lui-même.
    Cela ne garantira pas son élection

    Reply

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    J’ai quand même l’impression Michel que les élucubrations vont bon train et que rien n’est fondé dans les spéculations intellectuelles qui voient Bertrand MALQUIER à l’affût pour évincer Didier MOULY . Chez les Neuneus il a été le premier supporter avec Robert Déjean a relever Nouveau Narbonne qui perdit la Mairie sous le mandat de Moynier. J’ignore pourquoi et qui a « éjecté »Mme UMBACH mais la base était fatigué par cette DGS autoritaire et qui avait su placer ses proches. Il ne faut pas se baser sur des impressions , aller au fond des choses et ne pas inventer une guerre qui n’existe pas.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Plan "Action Coeur de Ville " : Y'a plus personne à filmer !

Plan "Action Coeur de Ville " : Y'a plus personne à filmer !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Plan "Action Coeur de Ville " : À Narbonne, Malquier est prêt !"         Vous pouvez agrandir l'image en cliqua[Lire la suite]
Un plan "Action coeur de ville" pour les villes moyennes... et donc pour Narbonne !

Un plan "Action coeur de ville" pour les villes moyennes... et donc pour Narbonne !

        À Narbonne, comme dans une trentaine de villes moyennes (dont Béziers, Carcassonne, Perpignan etc.), plus d’un quart des jeunes ne sont pas insérés (contre 14[Lire la suite]
Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Vialatte)

Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Via

        "Il ne faut jamais mettre un homme, sans un entraîne­ment progressif, en face d’une situation qui l’oblige soudainement à réfléchir à plusieurs choses. Le san[Lire la suite]