Contre-Regards

par Michel SANTO

« Du monde entier au coeur du monde » (Cendrars)

jouanard

Gil Jouanard

Ce texte, offert hier par mon ami Gil Jouanard:

Xavier de Maistre nous en a administré la preuve évidente : le voyageur n’a nullement besoin d’avion, de bateau ou de caravane, pour partir à l’aventure dans vingt mètres carrés ; sa chambre lui suffit. Jean Henri Fabre n’en a besoin que de deux ou trois centaines pour entreprendre son exotique exploration de l’univers des insectes ; quant à Henri Michaux, c’est dans sa tête qu’il part à la découverte de sa virtuelle Grande Carabagne. Ainsi tout écrivain authentique est voyageur ; l’un le sera au long cours, l’autre usera du moyen-courrier ; un troisième se contentera, sédentaire, de parcourir l’infini planisphère de la langue, avec ses accidents de vocabulaire, ses chemins de traverse grammaticaux, ses incidentes et ses déviations, ses subtiles et fertiles polysémies, les appels du pied de son intenable mémoire. Son texte sera d’abord un bouillon de culture où auront infusé, macéré, bouilli, des bribes venues de tous les continents confondus de l’imaginaire sapiens-sapiens, celui qui remue et gronde dans le corpus pâteux du cortex et du néocortex confondus, dont chaque texte sera venu libérer le séisme latent.

Diogène aura voyagé en son tonneau, Pascal aura souhaité le faire en sa chambre (comme le Savoyard de Turin), Jules Verne aura transité par les voies détournées des atlas et des globes terrestres ; Baudelaire sera monté à bord de fictives péniches sur le canal de l’Ourcq, Rimbaud sur celui d’improbables embarcations jusqu’aux sources de l’Orénoque ou du Saint-Laurent, tandis que le partage des eaux aura confiné l’imaginaire de René Char au périmètre d’une énigme, celle de l’origine cachée de « sa » Sorgue. C’est que, vagabond ou casanier, explorateur ou scrutateur immobile, l’écrivain est avant tout celui qui aura tenté de prendre les mots au mot. Au mot près. A demi-mot quand il le lui aura fallu ou qu’il en aura eu la patience. Et il y en a tellement, des mots, dans chacune des langues de la Terre, que, chacun contenant une galaxie de sens, parmi lesquels tant d’inédits, le premier écrivain venu, fût-il le plus laconique, y trouvera sans peine matière à découvrir de l’inconnu. L’Eldorado qu’il aura cherché, à coup de machettes, de plumes d’oies, de claviers azertyuiop, il se peut qu’il découvre, un jour de grande lucidité, qu’il se situait en fait au centre de lui-même. Oui mais voilà : où se situe-t-il donc, ce Graal, ce centre rayonnant et sans cesse en mouvement, qui échappe constamment aux doigts qui avaient cru le saisir ? N’est-ce pas lui que l’on aura tenté d’étourdir de mots, de saouler pour l’envoyer se coucher au milieu des rêves désordonnés, afin de s’efforcer de n’y plus penser ?

 

via Gil Jouanard.

On trouvera, ici, en cliquant sur le tag Jouanard , d’autres textes  de cet auteur…

Mots-clefs : , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • ducalme

    |

    Cher Michel,
    Superbe texte offert par ton ami Gil Jouanard…je ne sais pas pourquoi, comme je suis tombé ce matin sur un poème de Machado, j’ai envie de le passer en commentaire :
     » Caminante, no hay camino, el camino es el andar » pour lequel je m’aventure à te proposer, à toi l’éminent hispanisant , cette traduction:
    Promeneur, il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant..
    Abrazo fuerte

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Si lo conozco, amigo! Cheminant, il n’y pas de chemin, le chemin se fait en marchant… Voyageant, on ne quitte jamais son monde intérieur. Voyager c’est partir à la recherche de soi… qui échappe constamment aux « doigts » qui avaient cru le saisir, comme l’écrit si justement Gil… Abrazo, amigo mio!

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

                  Pendant que les médias et la classe politique en "font des tonnes" sur la pseudo affaire d'État Benalla, paraît [Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :