Contre-Regards

par Michel SANTO

Effet papillon et effet ” Cahuzac ” !

 

 

effet_papillon_et_theorie_du_chaos.jpg

 

Les nuits élyséennes et ministérielles doivent être en ce pluvieux printemps qui ne vient jamais particulièrement agitées. Le syndrome Cahuzac , de notoire expertise suisse, ne serait que  la première attaque d’un virus dormant aux effets dévastateurs sur les centres nerveux d’organismes ” génétiquement ” programmés pour exprimer la haine de l’argent et l’amour des pauvres. Ceux de cette espèce en sont la proie rêvée ; il n’est pas besoin ici d’insister, la doxa idéologique prégnante ne considérait-elle pas jusqu’alors , qu’à droite seulement cette redoutable « viralité » menaçait pour toujours la bienheureuse harmonie, qu’en République, seule la gauche et pour l’éternité serait capable de réaliser ? A la réflexion, on se dit, que la théorie du chaos offre quelques lumières pour comprendre cette déflagration politico-morale aussi soudaine qu’inattendue; dans cette sphère du champ politique tout particulièrement. A tout le moins pour ce qui concerne la relation entre les conditions de sa naissance et l’importance dévastatrice de ses effets dissipatifs. Le battement d’ailes d’un papillon, pauvre bête, comme ceux très souvent à l’origine des tempêtes tropicales, en l’occurrence et heureusement pour lui, n’y est pour rien. Seul un court enregistrement téléphonique quasiment inaudible repéré à Villeneuve sur Lot, est à la source de ce tsunami politique dont les vagues nous emmènent à ce jour, en passant par la Suisse, jusque dans des édens fiscaux situés à Singapour. Avec des relances attendues dans les jours qui viennent dans des directions et vers des « terres » pour l’heure inconnues…Quoiqu’il en soit des dégâts attendus et des digues provisoires  en Hollandie urgemment  élevées, un immense chantier de reconstruction va devoir être lancé, afin, pour l’avenir, se prémunir contre ce genre de cataclysme aux origines désormais repérées. L’abattage de seuls «  boucs émissaires » ne pourra satisfaire longtemps, en effet, un peuple abasourdi, pour ne pas dire hébété, et encore sous le choc d’une violence symbolique qui, en concentré, le saura-t-il jamais? git en toute  société…

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio