Contre-Regards

par Michel SANTO

Élections européennes : la restructuration de l’offre politique française s’approfondit…

 

     

Hier soir, sur ma page Facebook, j’écrivais ceci : « À chaud ! C’était il y a un siècle, en 2014, aux élections européennes, pour la première fois, le Front national arrivait en tête d’une élection nationale : 24,86 %, devant l’UMP : 20,81 et le Parti socialiste au pouvoir : 13,98 % … En 2019, ce soir donc, le RN est estimé à la sortie des urnes à 23,2%, juste devant le parti au pouvoir : LREM à 21,9%, suivis loin derrière par les Verts à 12,8%, LR à 8,3%, LFI et Ps à 6,7%…

Premières remarques : la droite de Wauquiez s’effondre, elle fait la moitié du score de Fillon à la présidentielle ; les Insoumis de Mélenchon font trois fois moins bien que ce dernier, en 2017 ; les socialistes et Glucksmann font à peu près la performance qu’Hamon à la présidentielle ; et les Verts, avec un résultat inédit, s’installent en position d’alliés de LREM, qui consolide son socle électoral du premier tour en 2017 et figure, objectivement, comme le seul mouvement capable de concurrencer et battre le RN dans… 3 ans. Les alliances qui vont se nouer à Bruxelles dans les prochaines semaines et les prochains mois vont certainement préfigurer celles qui pourraient se faire, à terme, en France… » Analyse à laquelle j’ai rajouté ce matin, à 7h 19, ce PS : « Résultats définitifs : quasi-jeu égal RN/LREM et même nombre de députés : une quasi-défaite pour le RN ! Après deux ans de pilonnage de toute l’opposition et la contestation sociale du mouvement des Gilets Jaunes, une performance pour le parti au pouvoir… » Et pour finir, toujours sur cette même page Facebook, cette analyse d’Olivier Costa, directeur de recherche au CNRS : « Au Parlement européen, les socialistes (S&D) et les démocrates-chrétiens (PPE) ne cumulent plus que 43% des voix (contre 54% en 2014 et 66% en 1999). Plus que la continuation d’une tendance, c’est un véritable effondrement. Concrètement, ces deux groupes ne pèsent plus assez lourd pour faire passer des textes. Et, pour commencer, ils ne seront pas en situation d’assurer l’élection du futur président de la Commission européenne, qui doit être élu à la majorité des membres du Parlement. En 2014, déjà, ils avaient dû nouer une alliance avec les libéraux du groupe ALDE – qui devraient être rejoints par les députés LREM. Le renouvellement de cet accord est désormais incontournable. En outre, le groupe des Verts saura sans doute monnayer chèrement son appui.» Nous ne sommes pas au bout de nos surprises, en effet !

     

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

      Il serait quand même temps que  le discours public et politique sur la transition écologique, la protection de l'environnement, la lutte contre le réchauffement climatique aband[Lire la suite]