Contre-Regards

par Michel SANTO

Élections européennes : la restructuration de l’offre politique française s’approfondit…

 

     

Hier soir, sur ma page Facebook, j’écrivais ceci : « À chaud ! C’était il y a un siècle, en 2014, aux élections européennes, pour la première fois, le Front national arrivait en tête d’une élection nationale : 24,86 %, devant l’UMP : 20,81 et le Parti socialiste au pouvoir : 13,98 % … En 2019, ce soir donc, le RN est estimé à la sortie des urnes à 23,2%, juste devant le parti au pouvoir : LREM à 21,9%, suivis loin derrière par les Verts à 12,8%, LR à 8,3%, LFI et Ps à 6,7%…

Premières remarques : la droite de Wauquiez s’effondre, elle fait la moitié du score de Fillon à la présidentielle ; les Insoumis de Mélenchon font trois fois moins bien que ce dernier, en 2017 ; les socialistes et Glucksmann font à peu près la performance qu’Hamon à la présidentielle ; et les Verts, avec un résultat inédit, s’installent en position d’alliés de LREM, qui consolide son socle électoral du premier tour en 2017 et figure, objectivement, comme le seul mouvement capable de concurrencer et battre le RN dans… 3 ans. Les alliances qui vont se nouer à Bruxelles dans les prochaines semaines et les prochains mois vont certainement préfigurer celles qui pourraient se faire, à terme, en France… » Analyse à laquelle j’ai rajouté ce matin, à 7h 19, ce PS : « Résultats définitifs : quasi-jeu égal RN/LREM et même nombre de députés : une quasi-défaite pour le RN ! Après deux ans de pilonnage de toute l’opposition et la contestation sociale du mouvement des Gilets Jaunes, une performance pour le parti au pouvoir… » Et pour finir, toujours sur cette même page Facebook, cette analyse d’Olivier Costa, directeur de recherche au CNRS : “Au Parlement européen, les socialistes (S&D) et les démocrates-chrétiens (PPE) ne cumulent plus que 43% des voix (contre 54% en 2014 et 66% en 1999). Plus que la continuation d’une tendance, c’est un véritable effondrement. Concrètement, ces deux groupes ne pèsent plus assez lourd pour faire passer des textes. Et, pour commencer, ils ne seront pas en situation d’assurer l’élection du futur président de la Commission européenne, qui doit être élu à la majorité des membres du Parlement. En 2014, déjà, ils avaient dû nouer une alliance avec les libéraux du groupe ALDE – qui devraient être rejoints par les députés LREM. Le renouvellement de cet accord est désormais incontournable. En outre, le groupe des Verts saura sans doute monnayer chèrement son appui.» Nous ne sommes pas au bout de nos surprises, en effet !

     

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio