Contre-Regards

par Michel SANTO

En Corbières-Salanque-Méditerranée, on brait, on rue ; on charge et on grogne toujours…

 

Sans titre.jpg

 

Décidément, cette communauté de communes catalo-audoise n’en finit pas de se déchirer (voir mes billets la concernant avec le tag « Corbières Salanque Méditerranée »). Après l’abandon des compétences sociales aux communes, le refus d’une promotion touristique communautaire, celui d’un Plan d’Urbanisme Intercommunal (PLUi) , un Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) en panne et des problèmes récurrents de gestion, notamment,  ce sont maintenant les compétences en eau et en assainissement que sept communes * détenant la minorité de blocage ont décidé de reporter en 2026 ! Pour cela, elles devront délibérer avant le 1er juillet 2019 et représenter au moins 25 % des communes membres de la communauté de communes et 20 % de la population – ce qui en la circonstance est le cas ! Les  arguments avancés : dévitalisation de l’échelon communal, augmentation du prix du m3 ** consommé, manque de concertation, masquant en réalité des enjeux politiques liés au calendrier électoral et à l’approche des élections municipales. Cela dit, dès sa naissance, cette intercommunalité a été secouée par des  contradictions géographiques et institutionnelles, ainsi que des conflits de personnes et de  pouvoirs dont on voit mal comment, dans ce périmètre communautaire, ils pourraient être dépassés. À moins d’espérer que des urnes municipales de 2020 sorte une réelle volonté de coopération. Ce qui, entre gens de la plaine roussillonnaise et des Corbières aux caractères  et aux cultures, disons affirmés, s’apparenterait à une espèce de « miracle » démocratique…

* Salses le Château, Tuchan, Paziols, Duilhac sous Peyrepertuse, Soulatge, Montgaillard et Fontjoncouse soit 7 communes sur les  21 qui composent la communauté de communes Corbières Salanque Méditerranée

**Le prix de l’eau, dans ces petites communes, est un critère déterminant dans l’appréciation que se font les électeurs d’une bonne gestion publique.

   

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]