Contre-Regards

par Michel SANTO

Et si Philippe Saurel visait une autre cible que la future grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon?

imgres
Dans un récent billet,  je commentais les propos de Philippe Saurel, rapportés par la Dépêche du Midi, juste après qu’il ait rencontré son propriétaire et patron du PRG, monsieur Baylet. Notamment cette phrase : “Du coup, il nous appartient de donner aux populations dont nous avons la charge une autre représentation que celle d’un Parisien ou d’un apparatchik.” Pour les régionales de décembre, bien évidemment! Ce qui semblerait confirmer sa volonté d’en être une des principales figures, avec le PRG et d’autres, évidemment.
Faut-il entendre que Monsieur Baylet lui a donné quitus pour en être le porte-parole et qu’il lui offert, de surcroît, des garanties sur sa volonté de partir en solo? Rien n’est moins sûr, tant le risque est réel, pour une gauche divisée au premier tour – les Verts et le Front de Gauche ayant déjà décidés de concourir seuls -, de se retrouver au “tapis”…
Dans ces conditions, atteindre les 5% nécessaires pour fusionner avec le PS au 2ème tour et se faire rembourser les frais de campagne, quand on dispose de moyens humains – même avec Saurel et une poignée de dissidents – et financiers limités, serait un pari audacieux.
Alors pourquoi ne pas postuler que le véritable objectif de Philippe Saurel serait, en réalité, d’entrer au gouvernement sur le quota du PRG? Et à la seule condition d’adhérer au PRG; quitte à obtenir, dans une “structure périphérique” de la future grande  région,  que préfigure son Parlement des Territoires inauguré à Castries récemment, une position de pouvoir à la hauteur de ses ambitions métropolitaines et personnelles.
Stratégie qui lui permettrait, au passage, de “tuer” définitivement  son père symbolique: Georges Frêche, qui, lui, ne fut jamais ministre et en fut pour toujours accablé… Un scénario qui pourrait bien faire partie des dessous de table en discussion. En tout cas, une hypothèse qui méritait, me semble-t-il, d’être clairement posée.
 

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio