Contre-Regards

par Michel SANTO

Favoritisme: Bourquin définitivement condamné et nullement perturbé !

 

 

Unknown-1-copie-3.jpeg

 

 

Christian Bourquin est une belle et bonne âme. Il est socialiste, et cela seul suffit qui devrait convaincre juges, journalistes, électeurs et mon voisin, qui ne vote plus depuis belle lurette, de son absolue honnêteté dans cette affaire de « marchés publics » conclue au profit de son ami – il ne s’en cache pas – , et pour laquelle la Cour de Cassation vient de confirmer sa condamnation en première instance et en appel à deux mois de prison avec sursis. À son dire, celui de Bourquin , qui ne manque pas d’aplomb pour quelqu’un qui a tranquillement tordu et violé la loi, la Cour de Cassation et ses magistrats ne connaîtraient pas leur coeur de métier et les tendres subtilités du Droit. Drapé dans une arrogance d’élu au dessus de lois qu’il invoque pour d’autres que lui même, il maintient, impertubablement, que les marchés incriminés étaient réguliers sur la forme comme au fond. Autrement dit qu’il n’y a rien à voir dans cette pseudo affaire, qui serait orchestrée par de ” dangereux ennemis de la démocratie, de la justice et du droit ” . Rien donc qui pourrait l’empêcher de continuer à présider la Région dans un entre soi commercialement douteux avec une agence de communication « amie » … Et d’ajouter, en conférence de presse, vendredi matin, à Perpignan, pour bien montrer l’estime qu’il porte à la justice de ce pays : « Je ne vais pas rigoler… je respecte le truc… vous savez ce que je pense de la justice… regardez mes actions au Sénat… et vous verrez qu’il faut quand même limiter les pouvoirs de la Justice … et les contrôler » 

Dans un autre pays que le nôtre, la Justice en question aurait demandé des comptes sur ces derniers commentaires et ce Monsieur Bourquin aurait été immédiatement contraint à la démission pour sa condamnation à de la prison, même assortie du sursis. Mais ici, à Montpellier et à Perpignan, il continuera à exercer ses fonctions d’élu avec tous les privilèges liés à sa fonction, pendant qu’à Nîmes ou à Narbonne un « jeune » condamné à la même peine se verra poussé à la porte sans autre considération que celle de bien vouloir aller pointer à Pôle Emploi, au mieux … Il y a des jours comme ça , où l’on comprend que la rage puisse s’emparer des esprits à qui rien, absolument rien, n’est épargné de l’arrogance et du déshonneur dont font preuve certains « puissants » … À ces ” sans-rien ” là surtout, à tous ces petits condamnés à de la prison avec sursis je pensais écrivant ces quelques lignes ; comme je pensais aussi, la compassion en moins, à tous ceux qui , toujours la morale et la vindicte aux lèvres quand il s’agit du « camp » d’en face, toujours en ces circonstances où leurs « amis » sont pris la main dans le sac, platement se taisent … 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio