Georges Frêche tel qu’en lui même, vraiment ?

 imgres-copie-1.jpeg

Georges Roques est géographe ; il a écrit un formidable : « Paradoxes en Languedoc Roussillon. Une région surfaite ? Editions Cairn, Pau, 2010. 207 pages. », que devrait posséder tout habitant de ce territoire soucieux de vérité. La propagande des institutions régionales y est sérieusement décryptée et la « statue » de Georges Frêche méthodiquement déboulonnée. Une statue à l’image d’un homme, un mélange d’intelligence et d’érudition, de violence et de vulgarité, adulé par des cohortes de journalistes et d’élus victimes du complexe de Tarascon, dont l’enflure et les provocations servaient à masquer les misères de la plus pauvre, avec le Nord Pas de Calais, des régions françaises. On se souvient encore de « Montpellier capitale de l’Europe du Sud » , et de « la région comme porte d’entrée de la Chine en Europe », ou, dans un genre beaucoup plus trivial : « les électeurs sont des cons » et « les vieux marchent au chocolat ». De cela, Pierre Serre, dans son « Georges Frêche tel qu’en lui même . Je vous l’avez bien dit », tout récemment sorti, ne dit, en bon fréchophile, précisément  rien. Un livre de bigot inutile et sans intérêt ! On attend donc encore celui qui saura montrer ce que cet homme cachait en réalité de ressentiments et de frustrations, lui qui, maire d’une petite et périphérique capitale régionale et président d’une région tout aussi périphérique et pauvre, s’est toujours rêvé en grand Ministre de la République pour finir en Tartarin des plateaux de télé. Un véritable livre critique qui nous révèlerait enfin , à travers ses grandeurs et ses misères, un Georges Frêche authentique et, qui sait ? peut- être, finalement sympathique…

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (2)

  • Avatar

    viet

    |

    Oui et il été un véritable Ceaucescu de l’immobilier en faisant de sa ville un mostre d’urbanisme délirant et futur gouffre financier que paient ceux du moins qui paient des impôts

    (impôt foncier très élevé)

    Reply

  • Avatar

    raynal

    |

    J’ai toujours été émerveillé par la posture admirative et béate de tous ces ravis de la creche se pamant a chaque répartie de notre Frédéric 2 languedocien.

    Il faut dire qu’un certain nombre de ces zélateurs lui etaient redevables de leur gamelle…Ventre affamé n’a pas d’oreilles…

    Mais c’est vrai, l’homme avait de la stature (n’oublions pas, cependant qu’au pays des aveugles…etc ), la preuve de cela…On l’a statufié.

    Si l’on devait faire le meme honneur a son tout petit successeur (Freche le petit, aurait sans doute ecrit Hugo…), il est probable qu’au lieu du bloc de pierre utilisé par l’artiste un simple
    gravillon suffirait..

    Comme quoi, pour rester dans les maximes populaires  »on sait ce que l’on perd…etc.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

  • Les Halles de Narbonne : « Plus beau marché de France ! »
                Je.6.2022 Les Halles sont à Narbonne ce que l’andouille est à Vire et la bêtise à Cambrai : sa carte d’identité hexagonale. Et l’été, nous […]
    Aucun commentaire
  • Parfois un cyprès pousse en toi…
      Me.29.6.2022   9h30, devant la petite porte de l’ancienne entrée du cimetière de l’Ouest, cet admirable cyprès qui toujours plus haut par delà tout oubli s’élance et s’étire jusqu’au […]
    Aucun commentaire
  • Un dimanche pas comme les autres…
    Di.26.6.2022 Quand je suis entré dans sa chambre, je l’ai trouvée assise sur son fauteuil lisant un de ces ouvrages à la reliure cartonnée d’une collection destinée aux enfants : « Le petit lion […]
    2 commentaires
  • Les Français au divan !…
          Ve.24.6.2022 Dans mon département, l’Aude, ses habitants se sont réveillés un lundi matin avec trois députés RN. Et depuis, comme partout ailleurs dans ce pays, sonne un même […]
    2 commentaires
  • Le jour du solstice d’été fut sans lumière…
        Entre le grau des Ayguades et la plage des Chalets, la mer grondait, l’air était poisseux et les nuages bas, noirs, bouchaient l’horizon et couvraient la Clape. Tout était gris. L’écume […]
    2 commentaires
%d blogueurs aiment cette page :