Contre-Regards

par Michel SANTO

Hier, je n’étais pas devant mon téléviseur à regarder la cérémonie d’hommage aux 130 victimes des attentats de Paris!

1244490_360_tom_800x600p

Hier, je n’étais pas devant mon téléviseur, ma tablette ou mon smartphone à regarder en direct la cérémonie d’hommage rendue par la Nation, dans la cour d’honneur des Invalides, aux 130 victimes des attentats du 13 novembre, à Paris. Je ne me suis pas attardé, non plus, sur les longues séquences de sa retransmission aux 20 heures des grandes chaînes de télévision. J’ai passé outre aussi sur les commentaires de la petite confrérie des grands éditorialistes parisiens de radio et de télévision. Et, pour aggraver mon cas, je n’ai pas suspendu un drapeau tricolore à ma fenêtre. La seule manifestation publique de ma participation à l’hommage national rendu hier fut cette publication, dans mon blog, d’un dessin réalisé par deux enfants représentant des petits drapeaux et la devise républicaine sous lequel figuraient les seuls noms et prénoms des victimes. Des drapeaux en forme de fleurs, d’arbres, de flammes et papillons réalisés par des mains et des coeurs innocents. Des coeurs purs, sans attaches politiques, idéologiques ou confessionnelles. Des symboles de la vie dans ses premiers commencements. De sa force, de sa puissance, de sa joie… Comme le signe aussi d’une renaissance, celle d’un esprit d’appartenance à un même corps social, culturel, politique, quels que soient nos origines et nos croyances, spirituelles ou séculières. C’est à tout cela mêlé dans le secret de ma conscience et le silence d’un recueillement solitaire à quoi je pensais, hier. Mon drapeau était donc un simple et modeste dessin d’enfants, celui de Tom et de Laura. Et c’est dans ses plis que j’ai partagé la douleur des familles des victimes, avec le sourire aux lèvres. Confiant, malgré tout les malheurs de ce monde, dans notre capacité collective à surmonter cette épreuve. À nous relever, enfin! Lucides et déterminés…

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

    Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce so[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

  « Narbonne En Commun » (N.E.C) est donc la nouvelle enseigne d’un rassemblement des « forces de gauche » narbonnaises. Des forces qui se limitent, pour l’heure, si on e[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :