Contre-Regards

par Michel SANTO

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel “se chauffent” sur les ondes…

   

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

 

En pleine semaine d’un mois d’août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de cette région au nom exotique, faisait trempette dans ses eaux ou vivait planqué comme une taupe. L’objet de cette estivale algarade ? L’effacement de Montpellier par l’icelle présidente de l’Occitanie de sa carte touristique régionale. Autant dire rien qui ne puisse inciter des esprits au repos – ne parlons pas des corps ! – à retrouver les chemins, et l’ennuie, de l’école. Bref ! de ce coup de gomme intempestif, le résident occitanien, “s’en tape” comme de sa première partie de belote … Dit autrement, cette dispute géographique, n’intéresse que Saurel et Delga – et leurs proches collaborateurs. Personne donc ! Et puis, à quoi bon s’offusquer de cette révision historico-géographique, Philippe ? Montpellier, comme d’autres grands sites, n’a pas besoin de l’Occitanie pour se faire belle, et se rendre plus désirable. À l’inverse, sans eux, la région et madame Delga ne sont  rien. À Tokyo, Londres ou Berlin, l’Occitanie n’existe pas, mais on sait situer, à l’échelle de l’Europe, la Cité de Carcassonne, les arènes de Nîmes ou le Pont du Gard, notamment. Une carte ne fait pas un territoire ! Et de la tripoter ne change rien à ce dernier, à son histoire, à ses couleurs, à son prestige… De lui seul, et de ceux qui le font vivre au quotidien, d’abord, dépend sa notoriété !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    thierry camus

    |

    Le bac à sable au niveau régional , cela me rappelle quelque chose à un niveau beaucoup plus local . C’est pitoyable , triste et à pleurer . Étant originaire de Montpellier , je ne peux que vous donner raison Mr Santo , cette ville qui a 1000 ans , ce qui est peu en comparaison avec Narbonne , Nîmes , Toulouse etc.. a toujours été une place royale , à l’époque Mauguio qui est aujourd’hui un village battait monnaie . Donc Montpellier n’a besoin de personne pour exister et prospérer . et c’est ainsi qu’Allah est grand , copyright : Alexandre Vialatte .

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :