Contre-Regards

par Michel SANTO

Hollande-Gayet-Triewieler ! Pas touche à ma vie privée ?

 

image.jpg

 

Nous y revoilà! Comme pour DSK avant lui, une large majorité d’éditorialistes et de personnalités du monde du spectacle et de la politique s’indigne qu’il soit fait état de la vie privée – entendez amoureuse, quoique ce qualificatif ne convienne guère aux parties fines de l’ancien patron du FMI – de François Hollande. Closer, en révélant la relation clandestine de notre Président avec mademoiselle Gayet – ah! ces photos prises nuitamment d’un petit bonhomme casqué se rendant dans une « garçonnière » de circonstance –  en fait les frais depuis  en subissant des attaques, d’une hypocrisie  sans nom : presse caniveau ou poubelle, voyeurisme et enfin , au nom d’une douteuse exception française, violation de la vie privée. Passons vite sur le fait que tout ce petit milieu parisien où se mélangent, comme dans les couples des  « puissants », politique, médias et spectacle, était informé de cette relation et s’en régalait dans un entre soi narcissique qui , régulièrement, est scénarisé par leurs propres « agents commerciaux », pour aller à l’essentiel. Et nous poser cette question toute bête: où placer une cloison bien étanche entre vie privée et vie publique d’un homme politique qui a le pouvoir, tout de même, d’enclencher le feu nucléaire ? Savoir qu’il s’échappe sur le siège arrière d’une  moto conduite par un garde du corps officiel, à la nuit tombée, pour y passer la nuit complète dans un appartement d’une amie de sa compagne aux relations ambigües avec le milieu corse, serait attentatoire à sa vie privée, qui ne souffrirait donc d’aucune limite, si l’on comprend bien nos professeurs de vertus ? Qu’il ait installé publiquement sa compagne Valérie , encore à ce jour officielle « première dame de l’Etat », sous les ors de l’Elysée et disposant de ce fait de moyens humains et financiers fournis par la République, et qu’il entretienne cette double relation, comment dire, « affective », ne concernerait que ce trio privé auquel ne sauraient être fixés de « bornes » morales quant à leurs façons d’envisager et pratiquer les jeux dits amoureux ? On voit bien ce que les réponses de bon sens  contenues dans ces questions somme toute d’une banalité, je le sais, insupportable à un certain type d’intellectuel, apportent de démentis à nos scrupuleux déontologues. Mais, et on terminera sur ce point, cette situation « d’entre deux » existentiel au plus haut sommet de l’Etat révèle surtout la difficulté qu’à François Hollande à choisir, à trancher dans une « conjoncture » risquée. Après tout, il ne tenait qu’à lui pour qu’il n’y ait pas d’affaire Hollande-Gayet-Triewieler. On ne sort pas de l’ambiguité toujours à son détriment, dans sa vie privée, comme dans sa vie publique. La preuve vient de nous en être fournie…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio