Contre-Regards

par Michel SANTO

Petit hommage à Simon Leys : “Il n’y a nulle perversion dans le dictionnaire !”

leys-2

Dans “Le bonheur des petits poissons” , de Simon Leys, cette remarque – emplacement 499 sur ma Kindle – qui, aujourd’hui le ferait convoquer devant le tribunal des Biens-Pensant pour s’entendre signifier une “mise en examen” au motif d’avoir porté atteinte à la dignité des femmes et incité à la discrimination raciste :

Les mots sont, par nature, neutres et indifférents. C’est de leur contexte qu’ils tirent le plus vif et le plus dru de leur charge émotionnelle. Racisme et sexisme sont une lèpre de l’âme et doivent être combattus sans merci, mais la lutte contre le langage raciste ou sexiste se trompe le plus souvent de cible : ainsi, cette revue américaine qui – dans la meilleure des intentions – interdisait à un de ses auteurs de faire référence au Nègre du Narcisse, ou encore ces journaux français, non moins vertueux, qui croient seconder la juste cause des femmes en imprimant des monstruosités telles que « auteure » ou « écrivaine »… Les mots sont innocents ; il n’y a nulle perversion dans le dictionnaire, elle est tout entière dans les esprits, et ce sont ceux-ci qu’il faudrait réformer.

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :