Contre-Regards

par Michel SANTO

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques…

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient ses intentions politiques pour les échéances politiques locales à venir (et plus précisément les élections municipales de 2020.) En effet, si Jacques Bascou a l’intention d’être reconduit à la tête du Grand Narbonne, il lui faut nécessairement être candidat, tête de liste ou pas, et être élu, à Narbonne , dont il fut le député-maire (ou dans une autre commune de l’Agglo !) Essayons donc de résumer et de mettre en perspective nos échanges. À l’entendre donc, « cette échéance municipale serait encore loin » ; que « ça ne l’intéressait pas », que « si on le lui demandait, il aiderait au plus large rassemblement pour battre Didier Mouly » ; « qu’il serait bon que de jeunes talents engagés dans la vie sociale et économique s’engage aussi dans la vie politique » ; « que son image était celle d’un vieux routier ayant fait carrière au PS» (peu propice en effet à l’attente d’électeurs désirant renouveler têtes et profils politiques , comme les dernières élections l’ont démontré, lui faisais-je alors remarqué à l’antenne…) Bref des arguments qui devrait amener un auditeur un tant soit peu attentif à la conclusion qu’il ne repartirait pas à la conquête de la ville en 2020… enrobés tout de même d’un flou typiquement « bascounien » pouvant laisser entendre le contraire. Et ce dans dans un contexte politique qui, objectivement, laisse peu de place à sa réinstallation dans le premier fauteuil de l’hôtel de ville de Narbonne, comme dans celui de l’Agglo. Un «come back », pourtant souhaité par certains, mais avec qui ? Avec le Ps, dont il a démissionné en pleine campagne des législatives, contribuant ainsi (par son silence et son soutien indirect à la victoire du candidat de LREM, Alain Perea), à la défaite sans appel de la candidate investie par son ancien parti, Marie Hélène-Fabre ? Difficile à admettre. Si le Ps n’est plus en position hégémonique à gauche (La France Insoumise fait désormais jeu égal), sa survie dépendant de sa capacité à se reconstruire et à renouveler ses élites, je le vois mal en effet se laisser ainsi instrumentaliser, au risque (après l’humiliation subie aux dernières présidentielles et législatives) de tout simplement disparaître du paysage politique local. Autre hypothèse : Bascou conduisant (ou en position éligible) sur Narbonne avec l’étiquette de la LREM ? Là aussi, quel intérêt pour ce mouvement en cours d’organisation sur Narbonne. Aucun ! Des radicaux de gauche (et de droite bientôt réunis), centristes, élus de NN, etc… qui ont soutenu ouvertement Alain Perea contre Marie-Hélène Fabre, tant pour des raisons de personne que de stratégie, un retour de Jacques Bascou est inenvisageable (comme à la présidence de l’Agglo où de jeunes maires ayant soutenu la candidature de Macron et d’Alain Perea sont déjà prêts à prendre les commandes). Je conviens que le contexte et les rapports de puissance ne sont pas encore figés (et les ambitions de personne connues), mais, sauf évènements politiques majeurs qui viendraient perturber ce paysage, je retiens de cet entretien avec Jacques Bascou : « qu’il serait bon que de jeunes talents engagés dans la vie sociale et économique s’engage aussi dans la vie politique », en effet ! J’observe enfin que cette situation est idéalement favorable pour le maire candidat Didier Mouly. Sa droite lui est désormais liée et ne présentera pas de liste sous étiquette « Les Républicains », sa gauche (Ps,LFI,PC,Verts), divisée, se déporte vers la « gauche », La République en Marche cherche son mode d’organisation et ses leaders, le Député LREM est son allié objectif pour maintenir le Ps « sous cloche et perfusion» etc. De sorte que, malgré des tensions internes avérées et une politique en partie contestée, ceux qui, aujourd’hui, pronostiquent à coup sûr la défaite de Didier Mouly, feraient bien de faire preuve d’un peu moins d’arrogance…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    Ce type ne sert à rien ,pourquoi lui tendre le micro ???

    Reply

  • camus thierry

    |

    Venant d’un vieux routier de la politique locale et nationale , il est normal que les positions et les engagements à venir ne soient pas tout à fait définis . D’ici deux ans et demi et en prévision des élections municipales , il est urgent d’attendre car la politique de notre président Emmanuel Macron est difficile à décrypter . Donc au niveau local , il est probable que les candidats à la municipalité vont se positionner en fonction de la direction du vent . Ce n’est pas la girouette qui tourne , c’est le vent , Edgar Faure .

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Salle multimodale : "Quand les architectes bâtisseurs s'inspirent de la Nature" !

Narbonne ! Salle multimodale : "Quand les architectes bâtisseurs s'inspirent de la Nature" !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Quand les architectes bâtisseurs s'inspirent de la Nature"           Vous pouvez agrandir l'image en cl[Lire la suite]
Louis Mexandeau "traité comme un fraudeur" se déshonore en s'indignant !

Louis Mexandeau "traité comme un fraudeur" se déshonore en s'indignant !

Certains jours, il ressemble à une chimère sortant d’une friperie chic du 8eme arrondissement (un combiné, un fondu de Bruant et Mitterrand). « Moi, ancien ministre de Mitterrand, j'ai été traité com[Lire la suite]
Salle multimodale de Narbonne ! Premier match (et nul) devant le Tribunal Administratif !

Salle multimodale de Narbonne ! Premier match (et nul) devant le Tribunal Administratif !

      Bien ! disons les choses simplement : le tribunal administratif de Montpellier considère qu'il n'y a pas lieu de suspendre la décision d'attribution du marché de la sal[Lire la suite]