Contre-Regards

par Michel SANTO

J’ai rencontré “la petite fille nue” de la célèbre affiche du cinquantenaire de Port Leucate…

La petite fille qui suit du regard le cerf-volant rouge filant au gré du vent dans un beau ciel bleu s’appelle Carol. Carol Paredes ! Elle avait cinq ans quand le photographe a saisi cette belle image sur une plage de Djerba, en décembre. Et c’est encore avec beaucoup d’émotion qu’elle raconte cette extraordinaire et innocente aventure qui allait engager toute sa vie d’adulte. Un véritable conte de fée pour cette petite fille née dans une famille modeste de Toulouse et repérée lors d’un casting par une agence de communication chargée de la promotion de la jeune station touristique de Port Leucate. C’était en 1978, s’en souvient-elle encore, comme si le temps ne passait pas. Aujourd’hui, Carol est une jeune et belle femme épanouie de 45 ans qui vit et travaille a Miami. Elle y a réalisé son rêve américain. Le rêve d’une petite fille décidée depuis son plus jeune âge à s’imposer dans l’univers du mannequinat, de la télé réalité. Ce qui lui a fallu de courage et de volonté, elle me l’a raconté hier, à Narbonne où elle passe chaque année une semaine de vacances chez une de ses amies. Un rendez-vous improbable mais pourtant rendu possible par mon billet sur l’affiche de 1978 ressortie par le maire de Leucate pour fêter le cinquantenaire de sa station, arrivé jusque chez elle, en Floride, par la voie des réseaux sociaux.

Je ne dirai rien ici de son histoire personnelle et de ses « galères » après qu’elle eut quitté Toulouse à 19 ans, pour Paris et New York, puis enfin Miami, s’y établir et réussir, sans autres bagages que son désir de briller dans cet univers sans pitié de « l’image », des corps et de la beauté. Mais son séjour chez son amie narbonnaise et l’affirmation publique de son identité sur cette photo qui fit couler tant de mauvaise encre sur les réseaux sociaux, nous permet à présent d’élucider un petit mystère. Il semble en effet que cette affiche présentée dans certains médias, à tort, comme le résultat d’une première campagne de promotion orchestrée par Jacques Seguéla dans les années 68 [1], n’a pu voir le jour qu’en 1978 et qu’elle a été précédée, de surcroît, en 1972, par la diffusion d’un guide touristique présentant les nouvelles stations du Languedoc-Roussillon, avec, en page de couverture, la même inspiration iconographique, sans les mêmes enfants, évidemment (que celle de 1978) Reste la question de savoir si  le photographe du guide est bien aussi celui de l’affiche de 1978. Quant à l’identité des deux petits garçons et de la petite fille du “guide”, le mystère demeure… Pour combien de temps ?

 

[1] Les premières maisons sur Port Leucate et Port Barcarès ont été livrées en… 1969 !

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Avatar

    DANIEL LECLERCQ

    |

    J Séguéla n’a pas commencé les campagnes publicitaires en 1968 mais en 1971…

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      En effet, c’est bien pour cela que je précise « selon certains médias »… Cordialement !

      Reply

  • Avatar

    Pascale berlin salmon

    |

    Vous êtes un enquêteur extraordinaire !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise… (et d'ailleurs) : Cet homme va toujours ainsi…

Scène de la vie narbonnaise… (et d'ailleurs) : Cet homme va toujours ainsi…

    Je ne le connais pas. Il doit avoir mon âge. Disons qu’il est dans un temps où les nuits sont courtes. Quand je le croise dans la rue, il siffle. Des airs joyeux. De sa compositi[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : "La ville de demain se dessine à l'entrée Sud" ! Vraiment ?

Narbonne ! Municipales2020 : "La ville de demain se dessine à l'entrée Sud" ! Vraiment ?

  La Une de l’Indépendant de ce jour est consacrée à la visite, effectuée hier, du quartier en construction des Berges de la Robine par le président national de la Fédération Française du Bâtim[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

        Après un premier billet : "Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !" (ici), poursuivons donc notre réflexion sur les grandes options d’a[Lire la suite]
Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

    Nicolas Bouvier, dans « Les chemins de Halla San », note que « les trois divinité de l'île de Chedju (Corée du Sud) s’appellent Ko, Yang, et Puh. Puh, comme on le devine à l’oreill[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

    Laissons de côté, pour le moment, le nombre d’arbres ou de trottinettes par habitant (je plaisante), pour nous intéresser à ce qui me semble, s’agissant des politiques environnem[Lire la suite]
Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

    Novembre ! Dimanche 17. Je déteste cette expression : "A ne manquer sous aucun prétexte". Elle clot toujours une invite à voir une expo, un film ; lire un livre, goûter un vin ;[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :